Paroles de Campeurs: l’histoire de Claudette & Jacques à Kissimmee !

img_1350-1

Au parc de VR Tropical Palms et nulle part ailleurs

Jusqu’au moment de prendre leur retraite, en 2009, Claudette et Jacques Allaire n’avaient jamais rêvé de se la couler douce dans un parc de VR au soleil, cinq mois par année. En fait, ces résidents de Sherbrooke n’étaient même pas caravaniers ! « Mon mari était propriétaire d’une entreprise de remorquage et je l’aidais à faire sa comptabilité. Toute notre vie active, nous l’avons passée à travailler », relate sans regret Claudette, une dame vive et chaleureuse. « Jacques a toujours aimé tout ce qui possède un moteur, confie-t-elle. Un jour, lors d’une ballade en voiture dans le quartier, une autocaravane a piqué son attention. Il est allé la voir, il a appris qu’il s’agissait du modèle Beaver Contessa, de Monaco… et il est tombé en amour ! Quand son propriétaire l’a mise en vente, en 2008, nous l’avons achetée. Comme ça ! Avec le recul, je considère que cela nous a donné la poussée nécessaire pour vendre notre commerce et changer de style de vie du tout au tout ».

Enfin, la retraite !

Le couple, parent de deux grands enfants et de quatre petits-enfants, entreprend sans attendre un premier voyage en VR. Il passe le mois de novembre 2009 dans un camping de Kissimmee, dans la région d’Orlando, en Floride. Il s’y plait bien, mais ni Jacques, ni Claudette n’est emballé par l’endroit. « Au hasard d’une sortie, nous avons aperçu le parc de VR Tropical Palms, non loin de la route 192. Comme nous le trouvions attirant, avec ses beaux emplacements, nous avons décidé de nous arrêter pour aller le visiter. Après quelques minutes, notre décision était prise : c’est là que nous voulions séjourner l’hiver suivant ! », se rappelle Claudette.

Et c’est ainsi que tout a commencé. Depuis 2010, Claudette et Jacques passent cinq mois par année dans ce parc de VR familial de 331 emplacements et ils ne changeraient d’endroit pour rien au monde. Ils sont devenus de vrais caravaniers saisonniers : pas de retour en arrière possible ! « Je répète souvent à mon mari que tout ce dont j’ai besoin avant de partir en octobre, c’est d’un téléviseur et d’une paire de billets d’avion pour pouvoir fêter Noël en famille, sous la neige », lance Claudette en riant.

Simplement la vie

Lorsque l’on demande aux Allaire pourquoi leur choix s’est porté pour ce coin du centre de la Floride, leur réponse ne se fait pas attendre. La région d’Orlando, ils la connaissent comme le fond de leur poche puisqu’ils y ont passé de deux à trois semaines chaque année, pendant 25 ans. « Nous nous y rendions pour assister à un congrès organisé tous les ans par l’industrie du remorquage ». Ne comptez donc pas sur eux pour aller saluer régulièrement les mascottes des nombreux parcs d’attraction qui s’y sont établis. Ils ont déjà donné ! Vous ne les retrouverez pas non plus à plage – ni à la piscine, d’ailleurs ! – puisqu’ils n’apprécient pas la baignade. « Lorsque l’on nous demande ce que l’on fait pendant nos cinq mois ici, on répond que l’on vit, tout simplement ! On fait ce que l’on veut, lorsque l’on en ressent l’envie. Si on a le goût de magasiner une journée, on sort dans les boutiques. Si l’on souhaite aller au resto, on y va. C’est aussi simple que cela ! », raconte Claudette.

Au Tropical Palms, les Allaire se sont faits plusieurs couples d’amis qu’ils prennent plaisir à côtoyer. « Le parc de VR a une clientèle très diversifiée. On y rencontre des gens du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario, des autres états américains et bien sûr, quelques Québécois », mentionne Claudette. Bien qu’il ne parle que très peu l’anglais, le couple n’éprouve pas de difficulté à se faire comprendre du personnel en poste. « Tout le monde est tellement patient, ici. C’est aussi pour cela qu’on a adopté l’endroit ! », affirme Claudette. Cette dernière ajoute que Jacques et elle comptent y revenir aussi longtemps que leur santé le leur permettra. « Chaque hiver passé dans un endroit pareil est un cadeau », conclue-t-elle.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.