10 bonnes raisons de séjourner dans les Keys, Floride

L’extrémité sud de la Floride est vraiment un monde à part des États-Unis. En 1982, la ville de Key West, faisant partie de l’archipel des Keys (mot venant de l’espagnol cayos, signifiant îlots), s’est même autoproclamée indépendante sous l’appellation de République conche (nom d’un coquillage). Outre le climat hivernal très agréable (plus de 20 °C), il y a vraiment une ambiance spéciale, dans les Keys. Un grand nombre d’artistes et d’écrivains – dont l’auteur québécois Michel Tremblay – y ont élu domicile, en particulier à Key West. On sent la créativité dans l’air. En font foi les nombreuses boutiques et galeries d’art, les décorations hétéroclites des plus imaginatives et les spectacles de tous genres – drag queens colorées en tête de liste!
Voici 10 attraits incontournables parmi tant d’autres!

1. Maison d’Ernest Hemingway à Key West
Un des attraits touristiques les plus fréquentés est sans contredit la maison où a vécu Ernest Hemingway pendant huit ans (1931-1939). Même si on n’est pas féru de littérature américaine, on a tous entendu parler de l’œuvre Le vieil homme et la mer, si on ne l’a pas carrément lu à l’école. Eh bien, la visite est passionnante. Si on comprend bien l’anglais, le tour guidé est vraiment intéressant. Sinon, on nous remet un feuillet en français pour qu’on puisse se repérer dans chacune des pièces, jusqu’à la piscine extérieure. On apprend beaucoup sur l’auteur qui remporta un prix Nobel de littérature, sur ses relations personnelles (il se maria quatre fois et eu trois fils), sur sa passion pour les chats, dont on rencontre les descendants polydactyles – à six griffes! – un peu partout sur les meubles et dans les jardins, et bien sûr sur ses œuvres, toutes inspirées de lieux et de gens qu’il a connus durant sa vie. http://www.hemingwayhome.com/

2. Musée des trésors de naufrages à Key West
La maison d’Hemingway appartenait auparavant à Asa Tift (dès 1851), un riche marchand personnifié dans une animation au Musée des trésors de naufrages (Shipwreck Treasure Museum). La visite de ce musée nous apprend pourquoi Key West était devenue au 19e siècle la ville la plus riche per capita des Etats-Unis. Le curieux métier de «naufrageur» (wrecker) a permis à des spécialistes des sauvetages de bateaux accidentés – au moins un par semaine coulait, heurté par les récifs au large de l’île – de garder une partie de la marchandise et de la vendre aux enchères, le pourcentage étant même réglementé. Une forme de pillage d’épave légal, en reconnaissance pour les vies humaines sauvées! Les naufrageurs tels Asa Tift ont fait leur fortune comme «sauveteurs-encanteurs». On raconte que certains provoquaient des accidents en dirigeant les bateaux vers des récifs à l’aide de lanternes… Ce Musée dévoile tout un monde de piraterie et ses trésors. https://www.keywestshipwreck.com/

3. Maison Audubon à Key West
Un autre naufrageur, le riche marchand John H. Geiger, a fait construire une immense maison pour sa famille de 12 enfants, entre 1846 et 1849. La légende raconte que Jean-Jacques Audubon, peintre naturaliste d’origine française, a utilisé une branche d’un arbre sur le terrain de la future résidence des Geiger, en 1832, quand il est venu recenser et peindre 22 oiseaux typiques de la Floride, ce qui explique que cette résidence a toujours porté son nom.

On visite la Maison Audubon (Audubon Home & Tropical Gardens) d’abord pour ses belles pièces richement décorées (on se rappelle que les naufrageurs avaient pigé dans les trésors des épaves), mais aussi parce qu’elle possède des œuvres originales d’Audubon et une galerie d’art vendant des lithographies des magnifiques oiseaux de ce peintre appelé ici John James (traduction de Jean-Jacques). Autour de la maison, il est agréable de déambuler dans ses jardins tropicaux aux plantes importées des quatre coins de la planète. http://audubonhouse.com/

3. La tarte à la lime des Keys
Vous remarquerez la multitude de restaurants servant, outre leurs spécialités, la fameuse Key lime pie, tarte à base de lime jaune des Keys, et non de lime verte (dite de Perse). Dans les Keys, on évite de parler politique, mais on a de chaudes discussions sur la «vraie» tarte, les deux clans s’opposant sur la version avec meringue et celle avec crème fouettée. Jusqu’à présent, les derniers sont en majorité, mais les tenants de la meringue brandissent l’argument que la confection des pics est un art qui nécessite un savoir-faire que maîtrisent seulement les vrais pâtissiers. Plusieurs ne jurent que pour la tarte à la lime meringuée de Theresa T Paturno du restaurant Blue Heaven, à Key West, dont le chef depuis 1994 est un Montréalais, Guillaume Pailloux. De son côté, Kermit Carpenter, des boutiques Key Lime Shop, s’est basé sur la recette de sa grand-mère pour confectionner sa tarte à la lime avec de la crème fouettée. Doté d’un grand sens des affaires, il a dérivé le jus de lime en 125 produits, des savons aux bonbons, en passant par les vinaigrettes et les excellentes boules de pâte à tarte à la lime trempées dans le chocolat.

http://www.blueheavenkw.com/

4. Croisière dans le détroit de la Floride
Les Keys sont évidemment entourés d’eau. Une des croisières à faire est celle proposée par l’entreprise de croisière Danger Charters sur le voilier Danger’s Prize au coucher de soleil dans le détroit de la Floride à Key West. La thématique «vin et fromage» agrémente la balade tandis que le ciel se pare de teintes de jaune, ocre, orange, rouge, violet… Magique (et délicieux)!

Road trip de Key West à Miami !
Les prochains attraits se découvrent du sud au nord de l’archipel des Keys. De Key West à Miami, on compte 270,56 km par la route (215,65 km à vol d’oiseau). On traverse les Keys du sud-ouest (les Lower Keys, qui comprennent entre autres îles Key West, Big Pine Key et Bahia Honda) au nord-est (les Upper Keys, dont Key Largo), en passant par les Middle Keys (notamment la ville de Marathon répartie sur plusieurs îles).

5. Kayak à Big Pine Key
Bill Keogh de Big Pine Kayak Adventures propose de chouettes excursions en kayak à Big Pine Key, avec sa chienne Scooper, telle une figure de proue, au moment de notre séjour. Nous sommes littéralement entrés dans un enchevêtrement de racines aériennes, au cœur de la mangrove floridienne. On dirait qu’on fait du limbo en se penchant sous les branches tout en restant assis dans nos kayaks. Ouf, on ne chavire pas! Pas de danger, il n’y a pas de crocodiles ici! Big Pine Kayak Adventures : www.keyskayaktours.com

6. Parc d’État Bahia Honda à Bahia Honda Key
Ce parc est un des beaux endroits aux Keys pour la plage, la plongée sous-marine, la pêche, le vélo et la randonnée pédestre. On peut marcher sur un tronçon de l’ancien pont ferroviaire de Bahia Honda, construit entre 1905 et 1912, mais détruit par un ouragan en 1935. www.bahiahondapark.com

7. Hôpital des tortues à Marathon
Le Turtle Hospital, un hôpital de tortues marines ouvert en 1986, sensibilise le public aux maladies ou blessures de ces animaux souvent causées par l’humain, par exemple des tumeurs cancéreuses, en raison de la pollution des eaux, ou encore le syndrome Bubble Butt. Les tortues de mer frappées par des bateaux ou autre obstacle au moment où elles remontaient à la surface pour respirer se sont retrouvées à inhaler beaucoup trop d’air d’un coup et celui-ci reste dans leur corps, au niveau postérieur. Elles se retrouvent donc à flotter dangereusement, le derrière (butt) surélevé car rempli de bulles d’air (bubble), sans pouvoir replonger en profondeur. On ne sait pas comment retirer l’air, alors la solution trouvée est de souder des plaques de métal sur la carapace des tortues atteintes de ce syndrome pour abaisser leur arrière-train, afin qu’elles puissent nager et plonger normalement. Une visite fascinante! www.turtlehospital.org

8. Expériences de contact à l’Aquarium de Marathon
L’attraction Florida Keys Aquarium Encounters (rencontres à l’aquarium), propose des expériences pour interagir avec plusieurs types d’animaux marins, dont des raies qu’on peut toucher, dans des bassins où l’on entre en combinaison de plongée, en compagnie un(e) biologiste. www.floridakeysaquariumencounters.com

9. Balade à bord de l’African Queen à Key Largo
Pour les amateurs de cinéma américain des années 1950, faire une balade à bord de l’authentique bateau à vapeur centenaire, l’African Queen, plaira aux nostalgiques. Ça leur rappellera le film de John Huston, L’Odyssée de l’African Queen (1951), dans lequel jouaient les séduisants acteurs Humphrey Bogart et Katharine Hepburn. L’excursion dans le port de Key Largo, à environ 10 km à l’heure, donne le temps d’admirer les belles maisons et les énormes bateaux de pêche! www.africanqueenflkeys.com

10. Hébergement dans deux parcs Encore RV
La dixième raison et non la moindre, c’est la possibilité de séjourner dans 2 des 40 parcs Encore RV de la Floride situés dans les Keys. Ces deux parcs accueillent non seulement les campeurs, mais aussi les vacanciers louant des caravanes (camping trailers), de petits chalets (cottages ou cabanas) ou des chambres de motel, à la journée, à la semaine, au mois ou même toute une saison. Les animaux de compagnie sont les bienvenus.
• Fiesta Key RV Resort & Marina à Long Key
Le parc Fiesta Key est localisé non loin du Long Key State Park et du Dolphin Research Center, avec la plage Anne’s Beach au bout de la rue. On trouve un spa, une piscine, un pavillon de loisir (clubhouse) récemment rénové (ajout d’une table de ping pong, notamment), une boutique d’appâts pour la pêche et une pompe à essence pour les bateaux, un dépanneur et un restaurant sur le site.
• Sunshine Key RV Resort & Marina sur l’îlot d’Ohio Key, à Big Pine Key
Ce parc attenant à une marina est l’endroit idéal pour les activités maritimes, dont la pêche. À moins de 2 km, le Bahia Honda State Park a gagné des prix pour sa plage extraordinaire réputée pour ses couchers de soleil sur le golfe du Mexique. Sunshine Key a une piscine et plusieurs équipements sportifs, avec un pavillon de loisir (clubhouse). Il a rénové ses terrains de tennis, de basketball et de volleyball (nouvelle surface de sable).
https://www.rvonthego.com/florida-keys-key-west-rv-resorts

Quelques bons conseils pour bien choisir l’assurance de son Véhicule Récréatif

seniorcouple-1-1Pour pouvoir profiter de votre véhicule récréatif en toute quiétude, il est bien sûr nécessaire de vous munir d’une bonne assurance. Devant la variété d’options offertes sur le marché, la recherche d’une couverture d’assurance adaptée à vos besoins vous demande de tenir compte de plusieurs facteurs. Laissez-nous vous offrir quelques conseils qui vous aideront à faire un choix éclairé lorsque viendra le temps de renouveler le contrat d’assurance de votre VR, ou encore d’assurer une nouvelle acquisition. 

Comparez les prix de plusieurs assureurs

Le domaine de l’assurance est devenu plus compétitif ces dernières années, avec l’arrivée de nouveaux joueurs proposant maintenant des protections pour les VR. Sans aller jusqu’à parler d’une situation d’abondance comme dans l’assurance automobile, il y a tout de même une offre suffisamment variée pour qu’il soit intéressant d’obtenir des soumissions de plus d’une compagnie. Les prix peuvent varier significativement d’un assureur à l’autre, alors n’hésitez pas : magasinez !

Parmi ces compagnies répondant aux besoins des caravaniers, on retrouve notamment Aviva (par le biais du courtier Leclerc Assurances, spécialisé dans les VR), La Capitale, Promutuel, La Personnelle et L’Unique. Dans tous les cas, il est à noter que vous obtiendrez une réduction de votre prime en assurant plus d’un véhicule auprès du même assureur. Le fait d’être membre de certains organismes peut aussi permettre de profiter d’une réduction supplémentaire – c’est le cas de la Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC), qui fait a noué une entente avec Aviva au bénéfice de ses membres.

Choisissez en fonction de ce que vous ferez avec votre VR…

L’utilisation que vous comptez faire de votre VR pendant l’année sera déterminante pour choisir quel type de contrat vous procurer. Ferez-vous de brèves escapades dans les régions environnantes ou de plus longues excursions aux États-Unis ? Êtes-vous un campeur saisonnier ? Votre véhicule sera-t-il entreposé plusieurs mois au cours de l’hiver ? Au moment de magasiner votre assurance, il est essentiel que vous donniez ces indications au courtier ou au représentant de la compagnie afin d’obtenir la meilleure couverture qui soit pour vos besoins.

…en particulier si vous allez au Mexique !Un incontournable : vous devez absolument vous munir d’une assurance spécifique si vous avez l’intention de traverser la frontière mexicaine avec votre VR – ce que vous pourriez avoir envie de faire si vous résidez dans l’un des parcs de VR Encore du sud du Texas, par exemple. Il est préférable de le faire avant de partir qu’une fois rendu aux États-Unis. L’assureur que vous aurez choisi pourra négocier pour vous avec une compagnie au Mexique afin de vous offrir un contrat conçu en fonction de la législation dans ce pays – passable différente de la nôtre.

Vérifiez attentivement ce qui est couvert

L’assistance routière est évidemment un élément central de toute assurance et les conditions peuvent varier d’une compagnie à l’autre. Vous devez vérifier si les services de dépannage et de remorquage sont inclus partout au Canada et aux États-Unis et dans quelle mesure les frais d’urgence sont couverts – pensons aux frais de location, d’hébergement, de repas et possiblement de rapatriement. Pour les voyages aux États-Unis, en particulier, notez que l’on recommande fréquemment de se munir d’une couverture de 2 millions de dollars en responsabilité civile.

Autre point à considérer en magasinant votre assurance : l’option « valeur à neuf », qui peut valoir la peine lorsqu’on pense à l’investissement majeur que représente un VR. De plus, à la différence d’une assurance auto, celle d’un VR doit tenir compte des effets personnels qui y demeurent en permanence. Veillez à ce que votre contrat vous couvre pour un montant suffisamment élevé en cas de perte ou de vol.

Enfin, assurez-vous en tout temps de bien lire tous les détails du contrat (et les petits caractères !) et n’hésitez pas à poser des questions pour éclaircir tout doute.

Renseignez-vous sur le service après-vente

Personne ne souhaite devoir faire une réclamation, mais il faut se préparer à toute éventualité et, en bout de ligne, c’est sur ce point que l’on jugera la compétence d’un assureur. Faites affaire avec une compagnie bien implantée dans le domaine de la protection des VR et qui est réputée pour son service à distance, étant donné que les demandes d’indemnisation se font habituellement loin du domicile. Un bon truc : demandez à des amis caravaniers qui ont eu des réclamations à faire s’ils sont satisfaits du service reçu.

Et l’année prochaine…

À l’échéance de votre contrat, rappelez-vous qu’il pourrait valoir la peine d’aller tâter le marché une nouvelle fois pour voir si une offre plus avantageuse n’est pas apparue. Il n’y a rien de plus normal que de vouloir voyager l’esprit tranquille… tout en étant le plus économe possible !

Quelques bons conseils avant de prendre la route vers le Sud, avec son animal de compagnie.

puppies_092016-1

Quel que soit le parc de VR Encore où vous passerez vos prochaines vacances, si les animaux de compagnie y sont acceptés, vous êtes sûr d’y apercevoir des dizaines de chiens… et au moins quelques chats!

Dans le véhicule récréatif ou la maison de parc, bien assis dans la voiturette de golf, en laisse sur l’emplacement de camping ou encore courant en liberté dans l’enclos clôturé du camping, les toutous des caravaniers sont des bêtes adorées par leurs propriétaires, à qui ils ne viendraient jamais à l’idée de les laisser en pension pendant qu’eux se détendent au soleil.

Voyager avec son animal peut s’avérer une expérience inoubliable si l’on suit attentivement ces conseils.

  •  La nourriture

Manger est l’un des plus grands plaisirs de nos animaux de compagnie. On n’a qu’à sortir une gâterie de sa poche pour voir Pitou trépigner d’excitation. Pour éviter de jouer de vilains tours à son système digestif pendant les vacances, il est préférable de minimiser les changements de marques de nourriture. Pour cela, plusieurs semaines avant le départ, on effectue si nécessaire une transition vers une marque de croquettes ou de pâté en conserve facilement disponible à destination. La chaîne PetSmart, par exemple, est présente un peu partout sur le territoire américain et on y trouve une très grande variété d’aliments pour animaux. Leur site web en présente la liste, longue de plusieurs pages.

De nombreux caravaniers voyageant avec des chiens conseillent de transvider la nourriture sèche de l’animal dans un contenant de plastique solide et de ranger ce dernier dans le coffre du VR. Personne ne souhaite se retrouver avec un sac de croquettes mal fermé, renversé sur le plancher… ou encore avec un chien malade après les avoir toutes mangées!

Par ailleurs, comme on le fait généralement à la maison, il est suggéré de nourrir son animal à heure fixe. Chats et chiens trouvent cette routine rassurante et cela aide les propriétaires à prévoir le moment où Prince ou Princesse devra aller faire ses besoins.

  • Les documents essentiels et les soins de santé

Bien sûr, on souhaite à tout le monde des vacances paisibles, sans visite d’urgence chez le vétérinaire. Pour que ce souhait devienne réalité, mieux vaut mettre toutes les chances de son côté et partir parés à toute éventualité. Les chiens, surtout, arrivent à se mettre eux-mêmes dans le pétrin en développant une envie soudaine de ronger un coin du tapis du VR, par exemple…

Comme nous vous l’avons déjà conseillé dans ce blogue, prenez toujours la route avec le carnet de vaccination – à jour – de vos animaux de compagnie. De toute façon, on vous le demandera au moment de traverser les douanes. Gardez-le avec vos passeports pour ne pas l’égarer.

Si votre animal a des problèmes de santé particuliers, demandez à votre vétérinaire de vous remettre une copie de son dossier de santé sur une clef USB. Songez également à faire micropucer votre animal et à lui faire faire une médaille sur laquelle ses coordonnées complètes seront gravées.

Avant le départ, prenez aussi le temps de vous renseigner sur la pertinence de faire suivre à votre chien un traitement antiparasitaire. Ce dernier peut être superflu là où vous vivez, mais il peut s’avérer vraiment utile dans les régions où vous irez en vacances. Ne prenez pas de chance: à elles seules, les tiques peuvent transmettre de nombreuses maladies.

Un autre conseil: comme il est suggéré de le faire pour les humains, si votre animal prend des médicaments, assurez-vous de partir avec une quantité suffisante pour toute la durée du voyage. Pensez aussi à partir avec une trousse de premiers soins pour animaux… et profitez-en pour faire le ménage de la vôtre en même temps !

  • Exercice et bien-être

Tous les propriétaires de chien le savent: lorsque l’animal manque d’exercice, il le fait savoir! Il se montre impatient, jappe davantage, adopte parfois même des comportements destructeurs. Lors de la longue route vers le Sud, pendant le séjour de camping et sur le chemin du retour, il importe donc de dégourdir les pattes de Fido régulièrement. Cela veut dire s’arrêter fréquemment dans les haltes routières pour l’y promener en laisse et fréquenter le parc à chiens du camping à tous les jours afin de le laisser courir et socialiser avec d’autres chiens. Si vous apportez un frisbee, vous deviendrez bien vite le favori de la meute du parc de VR!

Par temps chaud, mettez vos promenades et vos visites au parc à chiens à l’horaire tôt le matin ou encore en début de soirée et n’oubliez jamais d’apporter de l’eau et un bol avec vous pour éviter la déshydratation.

  • Laisser son animal dans le VR

Source de stress pour bien des propriétaires d’animaux, les moments où l’on doit laisser chien ou chat seul dans le VR sont malheureusement inévitables… Il arrive en effet que l’on doive aller faire les courses dans des commerces interdits aux animaux ou encore que l’on fasse une escapade d’une journée dans un parc national où nos compagnons à quatre pattes ne peuvent pas entrer.

On ne saurait trop vous conseiller d’habituer votre chien à passer du temps seul dans le VR avant de partir dans le Sud avec lui pour toute la saison. C’est la meilleure façon de voir comment il se comportera. Pour bien des chiens, cela se déroule sans problème ou encore les désagréments se limitent à quelques jappements désapprobateurs au moment du départ des propriétaires. La situation se gère bien, quoi!

Si toutou a tendance à faire de l’anxiété de séparation – un problème complexe dont les symptômes se manifestent de plusieurs façons – le défi est plus grand. S’il est habitué à passer du temps calme dans sa cage, apportez-la avec vous en voyage et laissez votre chien s’y réfugier en votre absence…en limitant la durée de vos sorties et en lui laissant de l’eau, bien entendu. Faites-lui également faire de l’exercice avant votre départ. Un chien fatigué est toujours moins agité! Cela vous évitera de retrouver des coussins mâchouillés au retour de votre sortie ou encore d’avoir la mine piteuse devant des voisins dérangés par les aboiements.

En parlant de voisins, lorsque vous prévoyez être sorti pendant plusieurs heures, vous pouvez demander à un campeur amateur de chiens de vérifier si tout est ok avec le vôtre en votre absence, voire possiblement de le sortir à quelques reprises. Vous pouvez offrir de faire la même chose en leur absence.

On annonce une journée chaude et chien ou chat devra la passer en solo? Fermez les stores du VR et partez le climatiseur. L’habitacle d’un véhicule récréatif se réchauffe rapidement et les coups de chaleur peuvent avoir des conséquences dramatiques pour les animaux.

Voilà! Tout est dit. Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter une formidable saison de camping avec votre animal de compagnie!

5 (bons) conseils pour économiser sur la route du Sud!

capture

En prenant la route, en VR ou en voiture, vous devez bien sûr prévoir quelques dépenses incontournables avant d’arriver à destination. Avec un peu de préparation, il est heureusement possible de minimiser les coûts liés à l’essence, à la nourriture et à l’hébergement. Laissez-nous vous proposer les trucs et conseils qui suivent pour économiser à l’aller et au retour de votre destination soleil.

1/ Attendez d’avoir franchi la frontière américaine avant de faire l’épicerie, question d’éviter tout ennui possible aux douanes, et prenez une bonne partie de vos repas dans votre VR ou dans des haltes routières – sans oublier d’apporter la glacière, si vous êtes en voiture. C’est bien meilleur pour le portefeuille… et pour la ligne!

Et rassurez-vous, ça n’a pas besoin d’être compliqué. Tous les supermarchés comptent maintenant au moins un comptoir de prêt-à-manger. Un sandwich sur pain de blé entier, un wrap à l’humus et aux légumes ou encore une pizza végétarienne à glisser dans le four du VR constituent des choix intéressants. Vous n’avez qu’à les accompagner d’un fruit frais et d’une bouteille d’eau ou de thé glacé non sucré et vous avez là un délicieux repas sur le pouce!

Aussi bon à savoir : plusieurs grandes chaines de supermarchés proposent à leur clientèle des cartes de fidélité, qu’il est généralement possible d’utiliser dès le premier achat. Les économies ainsi réalisées peuvent valoir le coût, même pour un arrêt unique. Mieux encore, si une station d’essence est affiliée au supermarché, la carte peut y être utilisée.

2/ Suivez la météo et l’état de la circulation à partir d’applications mobiles gratuites comme Storm, idéale pour connaître la trajectoire des tempêtes, et Google Maps, afin de pouvoir vous rabattre facilement sur des itinéraires alternatifs. La météo peut être consultée deux ou trois jours avant le départ (et celui-ci peut généralement être retardé d’une journée sans problème) et la circulation, le matin même puis au fur et à mesure. Être pris dans un bouchon de plusieurs kilomètres fait perdre temps et argent, tandis que faire face à une tempête et ne pas savoir où s’arrêter peut s’avérer stressant et coûteux, surtout si les hôtels et motels à proximité de l’autoroute affichent complets.

3/ N’oubliez pas qu’un pied « pesant » est synonyme de consommation d’essence accrue! Même si la tentation est parfois grande, évitez de rouler trop vite car cela vous coûtera nettement plus cher. Par exemple, à une vitesse de 120 km/h, un véhicule dépense environ 20 % plus d’essence qu’à 100 km/h, selon Ressources naturelles Canada. Si le litre d’essence coûte 1 $ et que votre voiture consomme normalement 10 litres par 100 km, parcourir cette distance vous reviendra à 2 $ de plus. À bord d’une autocaravane de classe C consommant 25 litres par 100 km, on parle de 4,50 $. Tout ça pour gagner à peine 8 minutes, au bout du compte?

90827023

4/ N’attendez pas que votre réservoir soit quasi vide: planifiez d’avance votre prochain arrêt à la station-service grâce à une application qui permet de trouver l’essence au meilleur prix. L’une des plus recommandées est GasBuddy.com. Très populaire auprès des caravaniers, elle pourrait bien vous faire économiser une somme appréciable, au bout des nombreux kilomètres qui défileront sous vos pieds.

5/ Enfin, assurez-vous de partir avec un VR ou une voiture en excellente condition mécanique, en faisant faire l’entretien nécessaire avant le départ. Une fois sur la route, les réparations risquent d’être encore plus coûteuses, sans parler du temps que vous perdrez. Si les pièces à changer doivent être commandées du manufacturier, on parle carrément de quelques jours.

Vérifiez aussi la pression des pneus: sous-gonflés, ils feront augmenter la consommation d’essence et auront une durée de vie écourtée. Munissez-vous d’un manomètre à pression d’air et consultez l’étiquette apposée sur le montant de portière de votre véhicule pour savoir à quoi vous en tenir. Pour en apprendre davantage sur l’entretien des pneus, visitez le site Web pneusenforme.ca.

En suivant ces conseils en prenant la route vers le Sud, vous devriez arriver à votre parc de VR Encore préféré avec le portefeuille un peu plus épais qu’à l’habitude. N’oubliez pas de les suivre au retour: les économies voyagent bien dans les deux sens!

Comment bien choisir son lieu de vacances en Floride?

Floride: quelle côte choisir cet hiver?

Votre hiver sous le soleil de la Floride, vous en rêvez depuis des mois. Voilà, cette fois c’est vrai, dès que novembre pointera le bout du nez, vous prendrez la route du Sud. Au fait, en direction d’où, exactement? Dans le sud Est des États-Unis, en Floride, soit, mais sur la côte Est ou sur la côte Ouest? Vous avez étudié la carte et parlé à des amis Snowbirds, mais rien n’y fait, vous n’avez pas encore décidé. Voici trois petits avantages pour chaque option qui pourront peut-être vous être utiles.

LA COTE EST:

1/ Ici, on parle français!

La côte Atlantique de la Floride – plus spécifiquement la région comprise entre Fort Lauderdale, au Nord, et Miami, plus au sud – attire les voyageurs québécois depuis des décennies, quel que soit leur choix d’hébergement. Ainsi, de novembre à avril, le français se parle et s’entend dans bien des hôtels, des motels et, bien sûr, des campings et des parcs de VR. Si vous avez envie de fraterniser avec des Tremblay et des Lemieux tout l’hiver dans un cadre enchanteur, c’est l’endroit où aller!

Dans ce secteur de la côte Est de la Floride, vous trouverez des cliniques médicales offrant un service en français, de même que des services bancaires, des restaurants, des cafés, des marchés aux puces, des golfs et tutti quanti. Ceci peut s’avérer rassurant si vous parlez peu l’anglais. Il vous sera aussi possible d’assister à des spectacles en français et d’acheter des magazines et des journaux publiés dans la langue de Molière. Vous vous y sentirez chez vous… au soleil et tout près de l’océan!

2/ Des agglomérations dynamiques:

La côte Est, c’est aussi de grandes villes bouillonnantes d’énergie, en commençant par Fort Lauderdale, la « Venise de l’Amérique », avec sa scène culturelle de qualité et ses plages propres et sécuritaires, ainsi que Miami et son architecture colorée, ses loisirs et sa gastronomie ethnique. Pour avoir aisément accès à une vie urbaine trépidante, c’est l’option à choisir! Entre ces deux pôles d’attractions, Hollywood, Palm Beach, Vero Beach et même Daytona, plus au nord, tirent leur épingle du jeu en offrant une culture locale distinctive et, dans certains cas, davantage de calme.

3/ Oh! Des vagues!

La Floride vous attire à cause de son climat et… de ses plages? Sachez que sur la côte Est, les vagues sont beaucoup plus spectaculaires que sur la côte du golfe du Mexique. Elles sont hautes, fortes et prises d’assaut par les amoureux des sports de glisse, que l’on peut regarder pendant des heures pratiquer leur sport favori, allongé sur notre chaise de plage. Les fanas de la côte Est de l’État répètent que de voir le soleil se lever sur l’une des magnifiques plages de la région est l’un des bonheurs de la vie dont il ne faut pas se priver.

LA COTE OUEST:

1/ Un jardin secret:

Moins connue des Québécois – quoi que cela soit tranquillement en train de changer – la côte Ouest de la Floride ne propose pas d’ilots francophones, comme Hollywood, sur la côte Est. On y entend donc parler français à l’occasion, mais pas autant. Si vous êtes à la recherche d’un vrai dépaysement, vous serez ravis! Les Snowbirds québécois qui y passent la saison froide se répartissent un peu partout le long du golfe du Mexique, à proximité ou directement dans les splendides villes de Naples, Fort Myers, Sarasota, Fort Myers, Sanibel, St. Petersburg, Clearwater et la très moderne Tampa, la principale agglomération de l’ouest, avec ses 2 millions d’habitants.

2/ Des paysages à couper le souffle:

Du sable blanc, des palmiers et parfois même, sous l’eau, des lamantins: la côte Ouest et sa nature plus sauvage en met plein la vue aux voyageurs, qui redemandent de ces paysages moins bétonnés que sur la côte Est. Les plages qui s’étirent jusqu’aux abords des villes sont régulièrement citées comme étant les plus belles de l’État. Par chance, les panoramas urbains valent eux aussi le coup d’œil, la côte du golfe possédant des attraits culturels remarquables, dont le fascinant Salvator Dali Museum, à St. Petersburg, l’un des musées les plus populaires de Floride.

3/ Un rythme de vie différent:

L’hiver, la nature se repose et c’est ce que vous avez le goût de faire vous aussi? Moins développée, la côte Ouest est idéale pour y passer des mois tranquilles, l’ambiance de ses stations balnéaires y étant plus calme que sur la côte Atlantique. Parfait pour y pratiquer la pêche et le golf avant de regarder le soleil se coucher sur le golfe du Mexique. Ici, les fêtes d’étudiants se font rares et parmi les visiteurs, on compte de nombreux habitués qui s’y rendent, année après année, tout simplement pour relaxer sereinement au soleil. Ils apprécient le fait que les attraits y soient plus concentrés qu’à l’Est et jurent que les restaurants y sont les meilleurs de l’État, particulièrement ceux donnant directement sur la plage.

De toutes les activités de bord de mer pratiquées sur la côte du Golfe du Mexique, la plus populaire est incontestablement la recherche de coquillages. Certaines plages – notamment celles des îles Sanibel et de Captiva Islands, toutes deux accessibles par un pont à péage – peuvent compter jusqu’à 400 sortes différentes. Les plus rares sont évidemment les plus prisées ! Pour vous y adonner, n’oubliez pas d’apporter un sceau ou un filet et portez des chaussures ou des sandales pour éviter de vous couper les pieds. Une fois la cueillette terminée, vous pouvez terminer doucement la journée en visitant le Bailey-Matthews National Shell Museum, un petit musée fort sympathique consacré aux coquillages de toutes les mers du monde.

Si vous avez de jeunes enfants ou que vous accueillez vos petits-enfants pour quelques jours, ces derniers se plairont à coup sûr sur la côte Ouest ! Ils pourront passer des heures à faire des châteaux de sable sur les plages paisibles et généralement plus recluses qu’à l’Est. De plus, pour nager, la côte du Golfe, c’est le paradis, les vagues plus douces étant rassurantes pour les nageurs moins expérimentés ou plus craintifs.

LE CHOIX EST FAIT?

Votre cœur balance encore?

Vous n’avez toujours pas pris votre décision? Bien des habitués de la Floride affirment que le choix de la ville et de l’établissement où vous séjournerez importe davantage que celui de la côte et que les plages sont magnifiques partout, alors faites-vous confiance! Les risques d’erreurs sont bien minces. De plus, si vous partez en VR, tout est ouvert! Rien ne vous empêche de passer deux mois sur la côte Est, puis deux autres mois sur la côte Ouest. Ou vice-versa. Au total, 38 campings et parcs de VR du réseau Encore sont établis en Floride. Vous avez l’embarras du choix! Trouvez votre parc de VR coup de cœur sur RVontheGO.com!

Rester c’est exister, mais voyager c’est vivre!” (Gustave Nadaud)

 

Vous planifiez un voyage en VR aux États-Unis? 5 conseils à suivre avant le départ

capture1
Comme le font des milliers de caravaniers québécois dès que surviennent les premiers vrais froids d’automne, vous avez décidé de troquer la pelle, la tuque et les bottes pour la crème solaire, la casquette et les sandales de plage. Un premier hiver aux États-Unis, c’est vraiment emballant! Voici cinq petits conseils qui vous aideront à mieux préparer votre voyage. Bonne route!

1- Avant le départ, on s’assure que son véhicule récréatif est en ordre:

C’est une question de bon sens, on vous l’accorde, mais puisque vous aurez plusieurs
milliers de kilomètres à parcourir en allant vers les États-Unis, puis en sens inverse quelques mois plus tard, faire une mise au point complète de votre VR quelques semaines avant le départ est un incontournable. Rappelez-vous que la température et les conditions routières risquent de changer drastiquement d’un État à l’autre. Tout cela est éprouvant pour le VR.
Nous vous conseillons donc de faire appel à des professionnels spécialisés dans l’entretien et la réparation de VR. Ils sont les mieux formés pour effectuer un travail efficace.

Prenez également le temps de vérifier que tous les appareils (réfrigérateur, four à micro-ondes, cuisinière, chauffe-eau, etc.) fonctionnent bien et n’oubliez pas de rincer la tuyauterie et le réservoir d’eau fraîche.

2- On vérifie ses couvertures d’assurance:

Entendre parler d’assurance, ce n’est pas ce qu’il y a de plus joyeux, inutile de le nier. Mais rien n’est pire que d’avoir un ennui de santé aux États-Unis et de s’apercevoir, sur place, que l’on n’est pas assuré adéquatement. On a tous entendu des histoires d’horreur à ce sujet. Qui a besoin de ce stress supplémentaire?

Alors, on sort ses papiers, on passe un coup de fil et on vérifie si notre couverture médicale est appropriée. Les soins reçus dans les cliniques externes et dans les hôpitaux aux États-Unis sont très coûteux et les honoraires des médecins élevés, alors il est important de ne rien négliger. Tant qu’à y être, on prend aussi rendez-vous avec son médecin de famille pour renouveler ses prescriptions de médicaments, si nécessaire.

Subir un accident de la route sur le territoire américain et réaliser que la couverture d’assurance VR pour laquelle on avait opté était plus restrictive que l’on ne croyait, ce n’est pas jojo non plus. Relisez votre contrat et au besoin, téléphonez à votre assureur. Informez l’agent de la compagnie de vos projets de voyage afin de vous assurer que l’offre qui vous est faite cible parfaitement vos besoins. Il pourrait vous suggérer deux options intéressantes: augmenter votre assurance en responsabilité civile et contracter une assurance collision.

3- Sur la route, on se munit des bons accessoires:

Ça y est! C’est le grand départ! Sur la route, on est en contrôle: on a en main un itinéraire qui a fait ses preuves (il peut avoir été conçu par un organisme spécialisé, recommandé sur un forum de discussion pour caravaniers ou même créé par un ami snowbird expérimenté). On s’assure d’avoir à bord un GPS conçu pour les caravaniers – pas pour les camionneurs. Celui-ci vous guidera sur les meilleures routes: vous éviterez de vous retrouver sous un viaduc trop bas, par exemple, ou encore en direction du tunnel de Baltimore, où il est interdit de circuler avec des réservoirs de propane à bord.

Vous avez un téléphone intelligent ? Si vous comptez l’utiliser aux États-Unis, faites changer votre forfait avant le départ pour éviter des factures salées.

4- On passe les douanes sans tracas:

Vous avez vos passeports avec vous? Les papiers d’immatriculation du véhicule se trouvent a portée de main? Le carnet de vaccination de vos animaux de compagnie est valide et à jour? Vous devez répondre à l’affirmative à toutes ces questions pour passer les douanes américaines sans soucis.

La réglementation concernant l’entrée de produits alimentaires aux États-Unis change fréquemment, notamment en ce qui concerne la viande. Les fruits, les légumes et même la nourriture pour animaux domestiques peuvent aussi faire l’objet de restriction. Le site www.cbp.gov/ (en anglais) vous donne l’information à jour. Un conseil: comme les interdictions sont nombreuses et complexes et que les douaniers ont le droit de confisquer toute nourriture, optez pour la sécurité et préférez faire vos courses une fois la frontière franchie.

5- On n’en fait pas tout un plat si on s’est trompé:

Rien ne se passe tout à fait comme on le voudrait, la première fois. C’est pour ça qu’il est essentiel que vous vous donniez le droit à l’erreur. Des petites comme des plus grosses.

Vous auriez préféré prendre plus/ moins de temps pour vous rendre à destination? L’itinéraire ne vous a pas enchanté? Optez pour une alternative. Il en existe toujours!

Vous n’êtes jamais arrivés à vous sentir parfaitement à l’aise dans votre VR? Il est trop gros, trop petit, la configuration de l’habitacle ne vous convient pas finalement? C’est dommage, mais ça arrive parfois. Et ce qu’il y a de bien avec le matériel, c’est que ça se revend. Il vaut mieux accuser une perte que de voyager frustré pendant des années – voire même de cesser la pratique du loisir. Et puis, il existe tellement d’options aujourd’hui, comme par exemple choisir de louer ou même d’acheter une maison de parc dans le parc de VR Encore que vous avez tant aimé! C’est votre décision!

C’est plutôt la destination qui ne vous a pas séduite, malgré tout le bien que vous en avaient dit vos amis? Là aussi, vous pouvez changer. Par example, les côtes Est et Ouest de la Floride sont bien différentes l’une de l’autre. Et passer l’hiver en Arizona ou au Texas sont des options nouvelles qui gagnent en popularité. Et rien ne vous oblige à rester au même endroit pendant 4 mois. Vous pouvez changer! Après tout, n’est-ce pas là l’un des avantages du caravaning?

Pour plus d’information sur les parcs de VR Encore, visitez: RVontheGo.com

Bonne route!

Des adresses utiles :

Pour passer les douanes américaines avec son animal de compagnie :

► www.cdc.gov/animalimportation/dogs.html

► www.cdc.gov/animalimportation/BringingAnimalToUs.html

Pour savoir quels aliments peuvent traverser les frontières et lesquels sont strictement interdits :

► www.cbp.gov/

Pour en apprendre davantage sur l’assurance automobile :

► www.saaq.gouv.qc.ca