150e anniversaire du Canada : nos parcs de VR au cœur de la fête !

canada1502-2-1

150e anniversaire du Canada : nos parcs de VR au cœur de la fête !

En ce début novembre, le compte à rebours des derniers jours de 2016 est commencé depuis déjà un bon moment un peu partout au Canada. Car l’arrivée de 2017 marquera le début d’une célébration qui durera toute une année : celle du 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Et les centres de villégiatures de notre réseau aux États-Unis sont prêts à se joindre à la fête en compagnie de nos nombreux visiteurs canadiens !

Vous comptez séjourner dans l’un de nos parcs de VR en Floride, en Arizona ou au Texas en 2017 ? Sachez que plusieurs d’entre eux vous réserveront des surprises, même si vous vous trouverez alors au sud de la frontière !

Canada 150 : une source d’inspiration pour nous

C’est le 4 août dernier que le gouvernement canadien a donné le coup d’envoi à « Canada 150 », un programme visant à souligner les 150 derniers jours de l’année, puis à organiser des célébrations d’envergure nationale tout au long de 2017. Le passage à la nouvelle année sera d’ailleurs impossible à manquer, avec des festivités qui auront lieu le 31 décembre dans 19 centres urbains au pays, dont la région de la capitale du Canada. Pour rester à l’affût de ce qui se prépare, consultez le site Web de Canada 150 ou le portail de Radio-Canada et CBC. Sachez qu’on nous promet d’en avoir plein la vue !

Une autre excellente façon de savoir ce qui se passe près de chez vous – et de pouvoir y prendre part – est de visiter les réseaux sociaux de Canada 150 et de Radio-Canada, qui invitent les Canadiennes et les Canadiens à exprimer leur fierté et à démontrer leur esprit communautaire.

Mentionnons également qu’à l’occasion des célébrations de Canada 150, le gouvernement a lancé le Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150, un investissement de 150 millions de dollars sur deux ans visant à remettre en état l’infrastructure communautaire et culturelle au Canada. L’année 2017 laissera donc derrière elle un héritage durable, grâce à des projets représentatifs de l’histoire et de la culture du pays.

Enfin, n’oublions pas un geste très concret du gouvernement pour 2017 : l’entrée de tous les parcs nationaux canadiens sera gratuite pour toute l’année ! Une excellente façon de faire la promotion de ces lieux qui constituent une véritable richesse collective.

Un nouveau rendez-vous avec l’histoire

Ce ne sera pas la première fois qu’un tel anniversaire suscite l’enthousiasme et génère des effets à long terme au pays. Canada 150 suit en cela l’exemple des célébrations du centenaire, en 1967, qui ont vraiment su captiver l’attention de la population. La principale raison de ce succès ? Les Canadiennes et les Canadiens ont célébré cet événement de manière unique aux quatre coins du pays, grâce à des festivités à l’échelle locale et à la création de parcs et d’arénas par les municipalités.

Et bien entendu, certaines manifestations plus « spectaculaires » ont aussi ravi tous ceux et celles qui y ont pris part, comme l’Exposition universelle de 1967 – qui a accueilli plus de 50 millions de visiteurs à Montréal et fut une grande réussite nationale et internationale – ou encore le Train de la confédération, un train spécial abritant une exposition qui a voyagé d’un bout à l’autre du Canada durant l’année et transporté des millions de personnes.

En 2017, un siècle et demi après la création par les Pères de la Confédération d’une démocratie respectée dans le monde entier, il ne fait aucun doute que Canada 150 saura faire honneur aux célébrations du centenaire et susciter autant d’engouement partout au pays.

À suivre dans nos parcs

De notre côté, tout comme Canada 150, nous ferons durer le suspense encore un peu plus sur ce qui est prévu pour vous dans nos parcs ! Mais une chose est sûre : des activités enlevantes et des événements spéciaux vous donneront l’occasion de vous réunir avec vos concitoyennes et concitoyens pour célébrer votre sentiment d’appartenance.

Nous vous invitons à surveiller vos courriels dans les semaines et les mois à venir pour des messages d’information aux couleurs de Canada 150. Pour vous inscrire à notre liste d’envoi, entrez simplement votre adresse courriel dans la case située à droite de cette page.

En attendant, gardez un œil sur le compte à rebours qui se poursuit et préparez-vous à vivre une année de célébration mémorable !

Paroles de Campeurs: l’histoire d’Hélène et Jean-Marie à Fort Myers !

capture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vivant à Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord, Jean-Marie Arsenault et Hélène Derasp ont commencé à aller camper aux États-Unis avec un ami il y a 12 ans. C’est ainsi qu’ils ont pris goût à ce type de voyage. Avant, ils prenaient des vacances dans les Caraïbes. De l’avis de Jean-Marie, ils ne sont pas très amateurs de neige, alors ils ont adoré leur nouveau mode de vie: partir plusieurs mois en Floride pour fuir l’hiver!

 

De la côte Est à la côte Ouest

«La première année de l’achat de notre VR, nous en avons profité pour faire un mois de tourisme au Tennessee, à Nashville et à Memphis où a vécu Elvis, puis en Louisiane, en plus de la Floride où nous avons séjourné jusqu’au 1er avril à Fort Lauderdale», raconte Jean-Marie. Ils ont passé deux hivers là-bas sur la côte Est floridienne, «dans un camping au milieu de la ville, continue-t-il. Ce n’était pas intéressant… On est allé rendre visite à un ami qui logeait à Fort Myers, sur la côte Ouest de la Floride, et on a ça trouvé beau. On va maintenant dans ce parc de VR, le Pioneer Village, depuis 10 ans! C’est un endroit plus tranquille, il y a moins de circulation et on s’est fait beaucoup d’amis!»

Pas étonnant que Jean-Marie et Hélène se soient trouvé des copains québécois: on en compte de 300 à 400 parmi les quelques 1500 villégiateurs, estime le couple cayen (de Havre-Saint-Pierre, nom qui rappelle les origines acadiennes des habitants de cette municipalité nord-côtière). Il y a en effet un peu plus de 500 emplacements de VR et environ 200 personnes y résident à longueur d’année. Ils ont eu le même terrain les cinq premières années et maintenant ils en ont un autre, tout près: tant mieux car ils adorent leur voisinage!

En récréation à temps plein!

«Je ne vois pas les journées passer tellement il y a de choses à faire», lance Jean-Marie, avec un ton d’écolier content que la récréation s’éternise à longueur de semaines! Du lundi au vendredi, à 19 h, il joue à la pétanque. «On fait des tournois amicaux et mon équipe a gagné le trophée deux ou trois fois», dit-il avec fierté. Amusant: ce sport typiquement français est l’apanage des francophones, au Pioneer Village. Les anglophones jouent plutôt au shuffleboard, ou jeu de palets. Les Québécois aimant y jouer ont une période par semaine, le jeudi, et une quinzaine d’entre eux, dont Jean-Marie, se joignent aux Américains pour jouer, en plus, les lundis et vendredis. Il se débrouille bien en anglais ayant suivi des cours par correspondance. De son côté, Hélène fait de la danse tous les jours de la semaine, à 8 h 30 avec des bénévoles qui animent des ateliers de danse. Les vendredis et dimanches soir, des tournois de billard sont organisés avec des gens des terrains voisins. Il y a aussi des courts de tennis et de volleyball.

«La plage est à environ 3/4 d’heure d’auto, alors on n’y va pas souvent, continue le retraité. On va plutôt à la piscine où se trouve un bain tourbillon. On passe aussi du temps dans la salle communautaire où se tiennent beaucoup d’activités dont des soupers thématiques, des spectacles, des 5 à 7…»

Par ailleurs, on peut faire du vélo au Pioneer Village, qui est immense: on en fait le tour en 45 minutes. «Les fins de semaine, comme il y a moins d’activités au camping, on part en auto se balader à Fort Myers ou ailleurs. Sur la photo, on nous voit à Edison Ford», explique Jean-Marie, à propos du site touristique Edison & Ford Winter Estates, qui comprend des jardins botaniques, des bâtiments historiques et un musée mettant à l’honneur l’innovation et la créativité de deux inventeurs parmi les plus importants des États-Unis: Thomas Edison et Henry Ford. On peut faire la visite avec un audioguide et un plan en français. www.edisonfordwinterestates.org/

Leur véhicule

Hélène et Jean-Marie ont une caravane à sellette de 30 pieds depuis 10 ans, qu’ils ont acheté en remplacement de leur premier véhicule qui faisait 21 pieds. «C’était trop petit», déclare Jean-Marie, expliquant qu’à l’occasion ils accueillent à tour de rôle leurs deux enfants et leurs familles. «Nous avons trois petits-enfants en tout, de 10, 12 et 18 ans. Notre VR a une chambre et un salon avec divan-lit, et la table de cuisine se transforme en lit d’appoint. On peut coucher jusqu’à huit personnes!» 

Cette année, le couple restera 4 mois. Le coût de la vie est-il plus élevé, avec le taux de change désavantageux pour les Canadiens? «C’est sûr que ça coûte plus cher que dans le temps où le dollar canadien avait la même valeur que l’américain. L’épicerie est plus chère qu’au Québec, mais l’essence est plus abordable. Par exemple, faire le plein au Québec nous coûte 120 $. Dès qu’on arrive aux États-Unis, on tombe à 60 $US, soit environ 80 $CA.» Une économie de 40 $ par plein, ça se prend bien! Autre source d’argent leur faisant économiser: «Depuis trois ans, nous affichons une annonce pour les parcs de VR Encore sur la vitre arrière de notre caravane pour faire de la publicité sur la route. On reçoit une compensation financière pour ça. Ça aide à payer nos frais de séjour!»

Âgés de 68 et 64 ans, Jean-Marie et Hélène sont bien en forme pour profiter à fond des nombreuses activités du centre de villégiature Pioneer Village… et ils y retourneront encore bien des années, puisque Fort Myers est devenu leur deuxième chez-soi durant l’hiver!

Crédit photo: Collection personnelle d’Hélène Derasp et Jean-Marie Arsenault

 

Paroles de Campeurs: l’histoire de Charles et Hélène au Nord de Fort Myers, FL.

sunbeltBlog_photo_4

«Le parc de VR Pioneer Village est devenu notre deuxième maison!»

Caravaniers passionnés par leur loisir, Charles Morier et Hélène Laplante, des résidents de Saint-Hubert, sur la rive sud de Montréal, ne pensaient jamais aimer un camping au point d’y acheter une maison de parc. C’est pourtant ce qu’ils ont fait à l’hiver 2016, après avoir loué le même emplacement pour leur caravane à sellette pendant 12 ans, au parc Pioneer Village RV Resort, à North Fort Myers, au sud-ouest de la Floride.

L’histoire d’amour entre le sympathique couple, aujourd’hui retraité, et cet établissement situé dans une région de rêve où passer l’hiver vaut la peine d’être racontée…

Sur la route

C’est l’acquisition de leur première tente «en toile», en 1962, qui a provoqué le coup de cœur de Charles et Hélène pour le camping. Ils ne s’en sont jamais remis! «Nous y avons pratiquement élevé notre famille», confie Charles, en exagérant un peu, bien entendu. Au fil des ans, ils ont testé pratiquement tous les types d’équipement, ont pris une pause du loisir en 1989, puis s’y sont remis dix plus tard en achetant leur première caravane à sellette. D’autres VR de ce type suivront.

En véhicule récréatif, en famille, puis en couple une fois les enfants élevés, les Laplante-Morier sont partis à la découverte de l’Amérique du Nord. «On a visité le Canada, d’un océan à l’autre, le Maine et les États de la Nouvelle-Angleterre, ainsi que tout le reste des États-Unis, à l’exception d’Hawaï et, étrangement, de l’Arkansas, où nous n’avons pas pu nous rendre à cause d’intempéries. Quant à la Floride, on y est allé presque à tous les ans depuis 1975», se rappelle Charles.

Un coup de foudre!

En 2008, dans le cadre d’un de leurs voyages annuels vers le Sunshine State, la route mène Charles et Hélène sur la côte ouest de l’État. Ils choisissent de s’arrêter au Pioneer Village RV Resort, un beau parc de VR de 500 emplacements. Et bam! Comme ça, le coup de foudre se produit! Le couple s’y sent bien dès sa première visite. Il apprécie l’atmosphère de l’établissement, ses infrastructures, sa localisation à proximité de toutes les commodités et de certaines des plus belles plages de l’État. «Et la chaleur! On est tellement confortable dans cette région» répète Charles, qui déteste visiblement les rigueurs de l’hiver québécois.

Pourquoi aller ailleurs?

Le couple ne vit pas son amour pour le Pioneer Village à moitié! Chaque année depuis leur visite initiale, Charles et Hélène ne manquent pas d’y séjourner. D’abord deux ou trois semaines, selon ce que leur permet leur horaire de travail et leurs divers projets de voyage en VR. Puis, deux ou trois mois, la flexibilité de la retraite rendant possible de vrais longs séjours. «L’an dernier, nous nous y sommes installés le 1er novembre et nous avons quitté le 13 avril. On en a vraiment profité. Et on a fait un grand changement : nous avons troqué notre emplacement de camping habituel pour la maison de parc voisine, que vous avons achetée. Il faut croire qu’on aime vraiment la place!», relate Charles, en riant.

Pourquoi Fort Myers ?

Quand Charles et Hélène ont eu un coup de cœur pour la côte ouest de la Floride, il y a dix ans, cette dernière était encore très peu connue des voyageurs québécois, plus familiers avec la côte atlantique de l’État (Fort Lauderdale, Hollywood, Miami, etc.). Charles Morier estime qu’on ne comptait à l’époque qu’un maximum de 2 % de caravaniers québécois au Pioneer Village. Tout pour plaire à Hélène, de nature plus solitaire. Au fil des ans, le profil des résidents et des locataires du parc de VR a bien changé. «Aujourd’hui, nous sommes plus de 40 % de Québécois. On est comme une grande famille! Et nous ne sommes pas les seuls à y avoir acheté une maison de parc. Plus de 100 autres Québécois ont fait de même» s’exclame Charles. Finalement, cette présence francophone plaît autant à Hélène qu’à lui!

Les deux se sont attachés à cette «famille d’hiver», qu’ils quittent à regret au printemps. Ils font des activités avec leurs «amis du Sud» et, ensemble, ils ont visité toutes les attractions de la région. «Il n’y a rien qu’on n’a pas vu!», lance Charles.

Tant qu’ils auront la santé, Hélène et lui souhaitent continuer de passer l’hiver dans le Sud au Pioneer Village. «On s’y sent chez nous», conclut Charles.