Paroles de Campeurs: l’histoire de Charles et Hélène au Nord de Fort Myers, FL.

sunbeltBlog_photo_4

«Le parc de VR Pioneer Village est devenu notre deuxième maison!»

Caravaniers passionnés par leur loisir, Charles Morier et Hélène Laplante, des résidents de Saint-Hubert, sur la rive sud de Montréal, ne pensaient jamais aimer un camping au point d’y acheter une maison de parc. C’est pourtant ce qu’ils ont fait à l’hiver 2016, après avoir loué le même emplacement pour leur caravane à sellette pendant 12 ans, au parc Pioneer Village RV Resort, à North Fort Myers, au sud-ouest de la Floride.

L’histoire d’amour entre le sympathique couple, aujourd’hui retraité, et cet établissement situé dans une région de rêve où passer l’hiver vaut la peine d’être racontée…

Sur la route

C’est l’acquisition de leur première tente «en toile», en 1962, qui a provoqué le coup de cœur de Charles et Hélène pour le camping. Ils ne s’en sont jamais remis! «Nous y avons pratiquement élevé notre famille», confie Charles, en exagérant un peu, bien entendu. Au fil des ans, ils ont testé pratiquement tous les types d’équipement, ont pris une pause du loisir en 1989, puis s’y sont remis dix plus tard en achetant leur première caravane à sellette. D’autres VR de ce type suivront.

En véhicule récréatif, en famille, puis en couple une fois les enfants élevés, les Laplante-Morier sont partis à la découverte de l’Amérique du Nord. «On a visité le Canada, d’un océan à l’autre, le Maine et les États de la Nouvelle-Angleterre, ainsi que tout le reste des États-Unis, à l’exception d’Hawaï et, étrangement, de l’Arkansas, où nous n’avons pas pu nous rendre à cause d’intempéries. Quant à la Floride, on y est allé presque à tous les ans depuis 1975», se rappelle Charles.

Un coup de foudre!

En 2008, dans le cadre d’un de leurs voyages annuels vers le Sunshine State, la route mène Charles et Hélène sur la côte ouest de l’État. Ils choisissent de s’arrêter au Pioneer Village RV Resort, un beau parc de VR de 500 emplacements. Et bam! Comme ça, le coup de foudre se produit! Le couple s’y sent bien dès sa première visite. Il apprécie l’atmosphère de l’établissement, ses infrastructures, sa localisation à proximité de toutes les commodités et de certaines des plus belles plages de l’État. «Et la chaleur! On est tellement confortable dans cette région» répète Charles, qui déteste visiblement les rigueurs de l’hiver québécois.

Pourquoi aller ailleurs?

Le couple ne vit pas son amour pour le Pioneer Village à moitié! Chaque année depuis leur visite initiale, Charles et Hélène ne manquent pas d’y séjourner. D’abord deux ou trois semaines, selon ce que leur permet leur horaire de travail et leurs divers projets de voyage en VR. Puis, deux ou trois mois, la flexibilité de la retraite rendant possible de vrais longs séjours. «L’an dernier, nous nous y sommes installés le 1er novembre et nous avons quitté le 13 avril. On en a vraiment profité. Et on a fait un grand changement : nous avons troqué notre emplacement de camping habituel pour la maison de parc voisine, que vous avons achetée. Il faut croire qu’on aime vraiment la place!», relate Charles, en riant.

Pourquoi Fort Myers ?

Quand Charles et Hélène ont eu un coup de cœur pour la côte ouest de la Floride, il y a dix ans, cette dernière était encore très peu connue des voyageurs québécois, plus familiers avec la côte atlantique de l’État (Fort Lauderdale, Hollywood, Miami, etc.). Charles Morier estime qu’on ne comptait à l’époque qu’un maximum de 2 % de caravaniers québécois au Pioneer Village. Tout pour plaire à Hélène, de nature plus solitaire. Au fil des ans, le profil des résidents et des locataires du parc de VR a bien changé. «Aujourd’hui, nous sommes plus de 40 % de Québécois. On est comme une grande famille! Et nous ne sommes pas les seuls à y avoir acheté une maison de parc. Plus de 100 autres Québécois ont fait de même» s’exclame Charles. Finalement, cette présence francophone plaît autant à Hélène qu’à lui!

Les deux se sont attachés à cette «famille d’hiver», qu’ils quittent à regret au printemps. Ils font des activités avec leurs «amis du Sud» et, ensemble, ils ont visité toutes les attractions de la région. «Il n’y a rien qu’on n’a pas vu!», lance Charles.

Tant qu’ils auront la santé, Hélène et lui souhaitent continuer de passer l’hiver dans le Sud au Pioneer Village. «On s’y sent chez nous», conclut Charles.