Paroles de Campeurs: l’histoire de Danielle & Georges le long de la côte est des États-Unis !

Charmés par la côte Est des États-Unis…et par ses campings

La beauté des États de la côte Est des États-Unis ne cesse de charmer Danielle Perras et George Baier, un couple de Montréalais qui y campe tous les étés pendant environ 4 semaines depuis maintenant… 40 ans. Du sud du Maine aux Keys à l’extrémité de la Floride, en passant par Boston et ses environs, ils ont suivi l’océan Atlantique, longtemps à bord de leur compacte Westfalia puis, depuis 10 ans, au volant de leur autocaravane de classe B Rialta de 21 pi (6,4 m), un peu plus spacieuse. Adeptes d’établissements calmes et ombragés, ces professeurs en enseignements des arts à l’université se sont procuré la carte de la zone nord-est du réseau de campings et de parcs de VR Thousand Trails, il y a sept ans et ils ont renouvelé leur adhésion chaque année depuis. « Pour nous, c’est la trouvaille de la décennie! », affirme George avec un enthousiasme bien réel, que partage entièrement sa conjointe.

Ce que les Perras-Baier apprécient le plus dans la formule Thousand Trails, c’est la possibilité qui leur est offerte de séjourner dans des établissements « d’une qualité exceptionnelle », à un coût très bas. « Nous nous sommes arrêtés dans plusieurs des 14 campings de la zone nord-est, qui s’étend du Maine à la Pennsylvanie. Nous avons toujours été enchantés de notre expérience. Les emplacements sont impeccables, les infrastructures modernes. Tout est propre et bien tenu », explique Georges.

Le couple a eu le plaisir de s’arrêter dans d’autres établissements du réseau lors de voyages l’ayant amené jusque sur la côte Ouest américaine. Jamais il n’a été déçu. Même chose lorsqu’il a visité le sud du pays. « En Floride, nous avons aussi eu la chance de nous arrêter dans plusieurs parcs de VR Encore, notamment au Miami Everglades RV Resort et là encore, nous n’avons que de bons commentaires à faire. L’accueil, les emplacements, la localisation du site : tout était toujours parfait », notent-ils, mentionnant au passage qu’ils ont recommandé le réseau Encore à plusieurs amis et connaissances et qu’ils continuent de le faire chaque fois que l’occasion se présente.

Caravaniers actifs et plutôt indépendants de nature, Georges et Danielle utilisent leur véhicule récréatif comme un endroit confortable où dormir et le camping comme un port d’attache. Vous ne les verrez pas participer aux activités organisées dans les établissements où ils séjournent. Pour tout dire, ils ne font même pas de feux de camp ! Vous risquez cependant de les apercevoir au bloc sanitaire, en soirée et tôt le matin, et à l’occasion à la piscine ou au comptoir de crème glacée, lorsque la chaleur impose un rafraîchissement. « Nous adorons prendre nos repas à l’extérieur, sur notre emplacement. Je dis toujours que nous avons la plus belle table en ville », relate Georges avec chaleur.

S’ils avaient à choisir un camping coup de cœur, ce serait sûrement le Moody Beach RV Campground, à Wells, dans le sud du Maine. Ils y stationnent leur Rialta pendant au moins deux semaines chaque été depuis des années. « Chaque fois, c’est un réel plaisir d’y retourner. Le site, boisé, est situé tout près de la plage d’Ogunquit. C’est formidable qu’un tel endroit soit accessible à un prix si abordable aux détenteurs de la carte Thousand Trails», commente Danielle.

Cet été, les Perras-Baier risquent de faire une entorse à leurs habitudes. Ils ont en effet des voyages au Panama et dans le sud de l’Europe dans la mire. Pas de camping au cours des prochains mois, donc. Par contre, un périple en VR jusqu’en Californie pourrait fort bien se réaliser peu après. L’appel de la route commence déjà à se faire entendre ! « Si le projet se concrétise, nous aurons alors le privilège de pouvoir séjourner dans les parcs de VR Encore de l’Arizona et du Texas dont nous avons entendu le plus grand bien, en plus de découvrir des régions extraordinaires. Ça promet ! », concluent-ils d’une seule voix.

 

 

 

Paroles de Campeurs: l’histoire d’Hélène et Jean-Marie à Fort Myers !

captureVivant à Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord, Jean-Marie Arsenault et Hélène Derasp ont commencé à aller camper aux États-Unis avec un ami il y a 12 ans. C’est ainsi qu’ils ont pris goût à ce type de voyage. Avant, ils prenaient des vacances dans les Caraïbes. De l’avis de Jean-Marie, ils ne sont pas très amateurs de neige, alors ils ont adoré leur nouveau mode de vie: partir plusieurs mois en Floride pour fuir l’hiver!

 

De la côte Est à la côte Ouest

«La première année de l’achat de notre VR, nous en avons profité pour faire un mois de tourisme au Tennessee, à Nashville et à Memphis où a vécu Elvis, puis en Louisiane, en plus de la Floride où nous avons séjourné jusqu’au 1er avril à Fort Lauderdale», raconte Jean-Marie. Ils ont passé deux hivers là-bas sur la côte Est floridienne, «dans un camping au milieu de la ville, continue-t-il. Ce n’était pas intéressant… On est allé rendre visite à un ami qui logeait à Fort Myers, sur la côte Ouest de la Floride, et on a ça trouvé beau. On va maintenant dans ce parc de VR, le Pioneer Village, depuis 10 ans! C’est un endroit plus tranquille, il y a moins de circulation et on s’est fait beaucoup d’amis!»

Pas étonnant que Jean-Marie et Hélène se soient trouvé des copains québécois: on en compte de 300 à 400 parmi les quelques 1500 villégiateurs, estime le couple cayen (de Havre-Saint-Pierre, nom qui rappelle les origines acadiennes des habitants de cette municipalité nord-côtière). Il y a en effet un peu plus de 500 emplacements de VR et environ 200 personnes y résident à longueur d’année. Ils ont eu le même terrain les cinq premières années et maintenant ils en ont un autre, tout près: tant mieux car ils adorent leur voisinage!

En récréation à temps plein!

«Je ne vois pas les journées passer tellement il y a de choses à faire», lance Jean-Marie, avec un ton d’écolier content que la récréation s’éternise à longueur de semaines! Du lundi au vendredi, à 19 h, il joue à la pétanque. «On fait des tournois amicaux et mon équipe a gagné le trophée deux ou trois fois», dit-il avec fierté. Amusant: ce sport typiquement français est l’apanage des francophones, au Pioneer Village. Les anglophones jouent plutôt au shuffleboard, ou jeu de palets. Les Québécois aimant y jouer ont une période par semaine, le jeudi, et une quinzaine d’entre eux, dont Jean-Marie, se joignent aux Américains pour jouer, en plus, les lundis et vendredis. Il se débrouille bien en anglais ayant suivi des cours par correspondance. De son côté, Hélène fait de la danse tous les jours de la semaine, à 8 h 30 avec des bénévoles qui animent des ateliers de danse. Les vendredis et dimanches soir, des tournois de billard sont organisés avec des gens des terrains voisins. Il y a aussi des courts de tennis et de volleyball.

«La plage est à environ 3/4 d’heure d’auto, alors on n’y va pas souvent, continue le retraité. On va plutôt à la piscine où se trouve un bain tourbillon. On passe aussi du temps dans la salle communautaire où se tiennent beaucoup d’activités dont des soupers thématiques, des spectacles, des 5 à 7…»

Par ailleurs, on peut faire du vélo au Pioneer Village, qui est immense: on en fait le tour en 45 minutes. «Les fins de semaine, comme il y a moins d’activités au camping, on part en auto se balader à Fort Myers ou ailleurs. Sur la photo, on nous voit à Edison Ford», explique Jean-Marie, à propos du site touristique Edison & Ford Winter Estates, qui comprend des jardins botaniques, des bâtiments historiques et un musée mettant à l’honneur l’innovation et la créativité de deux inventeurs parmi les plus importants des États-Unis: Thomas Edison et Henry Ford. On peut faire la visite avec un audioguide et un plan en français. www.edisonfordwinterestates.org/

Leur véhicule

Hélène et Jean-Marie ont une caravane à sellette de 30 pieds depuis 10 ans, qu’ils ont acheté en remplacement de leur premier véhicule qui faisait 21 pieds. «C’était trop petit», déclare Jean-Marie, expliquant qu’à l’occasion ils accueillent à tour de rôle leurs deux enfants et leurs familles. «Nous avons trois petits-enfants en tout, de 10, 12 et 18 ans. Notre VR a une chambre et un salon avec divan-lit, et la table de cuisine se transforme en lit d’appoint. On peut coucher jusqu’à huit personnes!» 

Cette année, le couple restera 4 mois. Le coût de la vie est-il plus élevé, avec le taux de change désavantageux pour les Canadiens? «C’est sûr que ça coûte plus cher que dans le temps où le dollar canadien avait la même valeur que l’américain. L’épicerie est plus chère qu’au Québec, mais l’essence est plus abordable. Par exemple, faire le plein au Québec nous coûte 120 $. Dès qu’on arrive aux États-Unis, on tombe à 60 $US, soit environ 80 $CA.» Une économie de 40 $ par plein, ça se prend bien! Autre source d’argent leur faisant économiser: «Depuis trois ans, nous affichons une annonce pour les parcs de VR Encore sur la vitre arrière de notre caravane pour faire de la publicité sur la route. On reçoit une compensation financière pour ça. Ça aide à payer nos frais de séjour!»

Âgés de 68 et 64 ans, Jean-Marie et Hélène sont bien en forme pour profiter à fond des nombreuses activités du centre de villégiature Pioneer Village… et ils y retourneront encore bien des années, puisque Fort Myers est devenu leur deuxième chez-soi durant l’hiver!

Crédit photo: Collection personnelle d’Hélène Derasp et Jean-Marie Arsenault