Paroles de Campeurs: l’histoire d’Hélène et Jean-Marie à Fort Myers !

capture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vivant à Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord, Jean-Marie Arsenault et Hélène Derasp ont commencé à aller camper aux États-Unis avec un ami il y a 12 ans. C’est ainsi qu’ils ont pris goût à ce type de voyage. Avant, ils prenaient des vacances dans les Caraïbes. De l’avis de Jean-Marie, ils ne sont pas très amateurs de neige, alors ils ont adoré leur nouveau mode de vie: partir plusieurs mois en Floride pour fuir l’hiver!

 

De la côte Est à la côte Ouest

«La première année de l’achat de notre VR, nous en avons profité pour faire un mois de tourisme au Tennessee, à Nashville et à Memphis où a vécu Elvis, puis en Louisiane, en plus de la Floride où nous avons séjourné jusqu’au 1er avril à Fort Lauderdale», raconte Jean-Marie. Ils ont passé deux hivers là-bas sur la côte Est floridienne, «dans un camping au milieu de la ville, continue-t-il. Ce n’était pas intéressant… On est allé rendre visite à un ami qui logeait à Fort Myers, sur la côte Ouest de la Floride, et on a ça trouvé beau. On va maintenant dans ce parc de VR, le Pioneer Village, depuis 10 ans! C’est un endroit plus tranquille, il y a moins de circulation et on s’est fait beaucoup d’amis!»

Pas étonnant que Jean-Marie et Hélène se soient trouvé des copains québécois: on en compte de 300 à 400 parmi les quelques 1500 villégiateurs, estime le couple cayen (de Havre-Saint-Pierre, nom qui rappelle les origines acadiennes des habitants de cette municipalité nord-côtière). Il y a en effet un peu plus de 500 emplacements de VR et environ 200 personnes y résident à longueur d’année. Ils ont eu le même terrain les cinq premières années et maintenant ils en ont un autre, tout près: tant mieux car ils adorent leur voisinage!

En récréation à temps plein!

«Je ne vois pas les journées passer tellement il y a de choses à faire», lance Jean-Marie, avec un ton d’écolier content que la récréation s’éternise à longueur de semaines! Du lundi au vendredi, à 19 h, il joue à la pétanque. «On fait des tournois amicaux et mon équipe a gagné le trophée deux ou trois fois», dit-il avec fierté. Amusant: ce sport typiquement français est l’apanage des francophones, au Pioneer Village. Les anglophones jouent plutôt au shuffleboard, ou jeu de palets. Les Québécois aimant y jouer ont une période par semaine, le jeudi, et une quinzaine d’entre eux, dont Jean-Marie, se joignent aux Américains pour jouer, en plus, les lundis et vendredis. Il se débrouille bien en anglais ayant suivi des cours par correspondance. De son côté, Hélène fait de la danse tous les jours de la semaine, à 8 h 30 avec des bénévoles qui animent des ateliers de danse. Les vendredis et dimanches soir, des tournois de billard sont organisés avec des gens des terrains voisins. Il y a aussi des courts de tennis et de volleyball.

«La plage est à environ 3/4 d’heure d’auto, alors on n’y va pas souvent, continue le retraité. On va plutôt à la piscine où se trouve un bain tourbillon. On passe aussi du temps dans la salle communautaire où se tiennent beaucoup d’activités dont des soupers thématiques, des spectacles, des 5 à 7…»

Par ailleurs, on peut faire du vélo au Pioneer Village, qui est immense: on en fait le tour en 45 minutes. «Les fins de semaine, comme il y a moins d’activités au camping, on part en auto se balader à Fort Myers ou ailleurs. Sur la photo, on nous voit à Edison Ford», explique Jean-Marie, à propos du site touristique Edison & Ford Winter Estates, qui comprend des jardins botaniques, des bâtiments historiques et un musée mettant à l’honneur l’innovation et la créativité de deux inventeurs parmi les plus importants des États-Unis: Thomas Edison et Henry Ford. On peut faire la visite avec un audioguide et un plan en français. www.edisonfordwinterestates.org/

Leur véhicule

Hélène et Jean-Marie ont une caravane à sellette de 30 pieds depuis 10 ans, qu’ils ont acheté en remplacement de leur premier véhicule qui faisait 21 pieds. «C’était trop petit», déclare Jean-Marie, expliquant qu’à l’occasion ils accueillent à tour de rôle leurs deux enfants et leurs familles. «Nous avons trois petits-enfants en tout, de 10, 12 et 18 ans. Notre VR a une chambre et un salon avec divan-lit, et la table de cuisine se transforme en lit d’appoint. On peut coucher jusqu’à huit personnes!» 

Cette année, le couple restera 4 mois. Le coût de la vie est-il plus élevé, avec le taux de change désavantageux pour les Canadiens? «C’est sûr que ça coûte plus cher que dans le temps où le dollar canadien avait la même valeur que l’américain. L’épicerie est plus chère qu’au Québec, mais l’essence est plus abordable. Par exemple, faire le plein au Québec nous coûte 120 $. Dès qu’on arrive aux États-Unis, on tombe à 60 $US, soit environ 80 $CA.» Une économie de 40 $ par plein, ça se prend bien! Autre source d’argent leur faisant économiser: «Depuis trois ans, nous affichons une annonce pour les parcs de VR Encore sur la vitre arrière de notre caravane pour faire de la publicité sur la route. On reçoit une compensation financière pour ça. Ça aide à payer nos frais de séjour!»

Âgés de 68 et 64 ans, Jean-Marie et Hélène sont bien en forme pour profiter à fond des nombreuses activités du centre de villégiature Pioneer Village… et ils y retourneront encore bien des années, puisque Fort Myers est devenu leur deuxième chez-soi durant l’hiver!

Crédit photo: Collection personnelle d’Hélène Derasp et Jean-Marie Arsenault

 

Le Portrait: découvrez Chris, gérant du Pioneer Village à Fort Myers en Floride !

Nom: Engle

Prénom: Christopher

Fonction exercée depuis Mars 2016

Poste occupé: Gérant du Parc

Lieu de travail: Pioneer Village, Fort Myers, Floride

Sport Favori: Plongée

  1. A quoi ressemble une de tes journées à Pioneer Village ?

Le matin en arrivant je vérifie mes courriels et tous les projets qui requièrent une attention immédiate. Ensuite, je fais un tour de la propriété et revoit ce que l’on appelle la liste « Rise & Shine ». Une fois revenu à mon bureau, je m’occupe de certaines tâches journalières et je communique avec mon équipe de maintenance concernant mes observations du matin. Je fais ensuite un suivi de mes projets en cours et fais un autre tour de la propriété afin de m’assurer que tout suit son cours.

Quel est ton moment préféré ?

Quand je me promène à travers le parc et que je vois tous nos résidents aux visages souriants qui apprécient passer leurs vacances ici.

  1. Tu travailles pendant que les autres profitent de leurs vacances ? Comment gères-tu cela ?

Ce n’est pas une question de « gérer ». J’apprécie vraiment voir nos hôtes s’amuser et profiter de leur temps ici. En particulier, lorsque mon équipe et moi pouvons y participer d’une manière positive.

  1. Lorsque les gens demandent quelles sont les meilleures choses à faire dans la région, que leur recommandes-tu ?

Définitivement les plages, aller à la pêche, réserver une croisière-casino pour une après midi ou encore apprécier une soirée restaurant au théâtre de Fort Myers.

  1. Après quelques mois passés au Pioneer Village, tu as surement quelques histoires à raconter…Quelle est ta préférée ?

Un de mes résidents a vécu un feu qui a entièrement brûlé sa caravane. La communauté du parc s’est réunie et a apporté beaucoup de soutien à leur famille. Nous leur avons achetés des choses de premières nécessités ainsi que des nouveaux jouets et vêtements pour leur petit garçon.

  1. Depuis que tu es arrivé, quelle est ta plus belle réussite au Pioneer Village ?

Cela a été de construire et diriger une équipe qui peut maintenant offrir à nos résidents une des meilleures expériences qui soit.

    6. Qu’est ce qui t’a amené au Pioneer Village ? Nous avons entendu dire que tu avais une histoire particulière… dis nous en plus !

Avant de postuler pour cet emploi, j’ai temporairement travaillé pour UPS. La route qui m’a été attribuée incluait le Pioneer Village… Je me disais « quelle belle communauté et qu’est ce que cela doit être agréable à vivre ». 2 mois plus tard je postulais pour un emploi à ELS sans même savoir que le Pioneer Village faisait parti de leurs propriétés. Lorsque le processus d’interview a été terminé, on m’a proposé de visiter le Pioneer puis demandé si c’était un parc dans lequel j’aimerais travailler. Quelle belle surprise…Je leur ai répondu que je connaissais bien le Pioneer et que je serai enchanté de prendre mon rôle de gérant là-bas. Le reste vous le connaissez.

      7.  Un dernier commentaire pour nos lecteurs ?

Rejoignez-nous pour une saison pleine d’activités, de nouveaux amis et surtout de nouveaux souvenirs !

Á bientôt !

 

Destination Évasion: Découvrez le Pioneer Village à Fort Myers, FL

pioneerVillage-BlogPhoto-v1

À proximité des plus belles plages

La côte ouest de la Floride, avec ses plages de sable blanc baignées par les eaux chaudes du Golfe du Mexique, attire depuis quelques années un nombre grandissant de voyageurs québécois. La région de Fort Myers, située dans la partie sud de l’État et choyée par une riche végétation subtropicale, n’échappe pas à cette tendance.

Le parc de VR Pioneer Village, installé à Fort Myers, tout près des berges de la rivière Caloosahatchee, est l’un des endroits où l’accent du Québec se fait le plus entendre dans les environs! Cette popularité n’est pas surprenante, puisqu’à seulement 25 minutes des plages réputées de Sanibel et de Captiva, les vacanciers y trouvent un lieu des plus accueillants, qui comprend plus de 500 emplacements pour véhicules récréatifs et où habitent quelque 200 résidents permanents. Peu importe le moment de l’année, le plaisir y est toujours au rendez-vous!

Des îles où la nature est reine

Sans conteste les «vedettes» balnéaires de la région, les îles de Sanibel et de Captiva sont célèbres non seulement pour leurs magnifiques plages, propres et naturelles, mais aussi pour l’incroyable diversité de coquillages qui jonchent leurs rivages. Cette abondance est surtout frappante le long des 24 km de plages de Sanibel, qui est une île-barrière orientée est-ouest, alors que la plupart de ces îles (comme sa petite voisine Captiva) sont orientées nord-sud. Résultat: les courants y déposent les coquillages par millions et les amateurs accourent de partout aux États-Unis pour y déceler les plus rares !

Les coquillages ne sont pas votre tasse de thé ? Pas de problème, Sanibel, c’est bien plus encore. En vous promenant sur cette île qui ne compte que 7 000 habitants, séparés du continent par un pont de 4,8 km, vous serez à même d’admirer sa faune exceptionnelle, qui en fait un paradis des amoureux de la nature et des ornithologues. Le quart de la superficie de Sanibel est occupé par réserve faunique J. N. Ding Darling, où nichent plus de 220 espèces d’oiseaux. On peut la parcourir en voiture, à pied, à vélo et même en kayak.

De l’action à Fort Myers

Si les îles valent amplement une visite, les incontournables ne manquent pas non plus sur la terre ferme. Fort Myers, surnommée la « ville des palmiers » en raison de ses rues bordées d’arbres, possède un vaste éventail d’excellents restaurants ainsi que de nombreuses galeries d’art et boutiques d’antiquités, en plus d’offrir aux visiteurs du divertissement varié sur ses rives.

Fait à souligner, les options de magasinage au cœur de la ville comme en banlieue en promettent pour tous les goûts, que l’on pense aux petits commerces le long de la plage ou aux énormes centres commerciaux près de l’autoroute 75. Mentionnons au passage trois endroits particulièrement courus et dignes d’intérêt : le gigantesque marché aux puces Fleamasters, avec ses 900 stands, le marché Ortiz, spécialisés dans les objets artisanaux mexicains, et le plus grand des magasins d’usine de la région, le Miromar Outlet, situé à quelques kilomètres au sud de la ville.

Enfin, un séjour à Fort Myers ne serait pas complet sans une visite aux résidences d’hiver de deux célèbres inventeurs américains, Thomas Edison et Henry Ford, qui ont tous deux joué un rôle important dans l’histoire de la ville. À voir sur cette immense propriété : trois maisons, un luxurieux jardin regroupant pas moins de 500 espèces d’arbres, ainsi qu’un musée et un laboratoire présentant de nombreuses inventions et découvertes marquantes.

Une excursion à Sarasota

Pour ceux et celles qui désirent s’aventurer un peu plus loin et découvrir une région avoisinante, la ville de Sarasota, à environ une heure au nord du Pioneer Village, est un choix tout indiqué. Considérée comme le centre culturel de la Floride, Sarasota a été marquée par son citoyen le plus connu, le magnat du cirque John Ringling, qui s’y est installé au début du 20e siècle. Il légua à la ville ce qui est maintenant sa plus grande attraction touristique : le John & Mable Ringling Museum of Art, qui comprend un musée d’art de style Renaissance italienne, un musée du cirque ainsi que la résidence d’hiver des Ringling, l’un des plus grands manoirs d’Amérique.

Un parc de VR où les activités abondent

Avec toutes les activités offertes sur place au Parc de VR Pioneer Village, on peut s’attendre à vouloir y passer beaucoup de temps, quitte à laisser tomber certaines sorties ! Le comité social, formé pour coordonner l’animation sur le site, s’assure qu’il y a toujours quelque chose d’intéressant à faire. Sans avoir à se préoccuper de l’organisation, les visiteurs peuvent simplement se concentrer sur leur prochaine activité !

Le parc de VR offre de plus des équipements sportifs et de loisirs inégalés : piscine, spa, courts de tennis, centre de conditionnement, pistes de randonnée pédestre, terrains de shuffleboard et de volleyball, et plus encore. Sans oublier le parc à chiens, car le Pioneer Village est ouvert aux animaux – nul besoin de les mettre en pension !

Enfin, pour ceux et celles qui choisissent de voyager « léger » et de laisser leur véhicule récréatif chez eux, le Pioneer Village est l’endroit idéal pour vivre la vie de caravanier, avec un grand choix de caravanes de parc disponibles en tout temps.

Peu importe l’option d’hébergement que vous choisirez, sachez que le meilleur de la Floride vous attend au parc de VR Pioneer Village !

Paroles de Campeurs: l’histoire de Charles et Hélène au Nord de Fort Myers, FL.

sunbeltBlog_photo_4

«Le parc de VR Pioneer Village est devenu notre deuxième maison!»

Caravaniers passionnés par leur loisir, Charles Morier et Hélène Laplante, des résidents de Saint-Hubert, sur la rive sud de Montréal, ne pensaient jamais aimer un camping au point d’y acheter une maison de parc. C’est pourtant ce qu’ils ont fait à l’hiver 2016, après avoir loué le même emplacement pour leur caravane à sellette pendant 12 ans, au parc Pioneer Village RV Resort, à North Fort Myers, au sud-ouest de la Floride.

L’histoire d’amour entre le sympathique couple, aujourd’hui retraité, et cet établissement situé dans une région de rêve où passer l’hiver vaut la peine d’être racontée…

Sur la route

C’est l’acquisition de leur première tente «en toile», en 1962, qui a provoqué le coup de cœur de Charles et Hélène pour le camping. Ils ne s’en sont jamais remis! «Nous y avons pratiquement élevé notre famille», confie Charles, en exagérant un peu, bien entendu. Au fil des ans, ils ont testé pratiquement tous les types d’équipement, ont pris une pause du loisir en 1989, puis s’y sont remis dix plus tard en achetant leur première caravane à sellette. D’autres VR de ce type suivront.

En véhicule récréatif, en famille, puis en couple une fois les enfants élevés, les Laplante-Morier sont partis à la découverte de l’Amérique du Nord. «On a visité le Canada, d’un océan à l’autre, le Maine et les États de la Nouvelle-Angleterre, ainsi que tout le reste des États-Unis, à l’exception d’Hawaï et, étrangement, de l’Arkansas, où nous n’avons pas pu nous rendre à cause d’intempéries. Quant à la Floride, on y est allé presque à tous les ans depuis 1975», se rappelle Charles.

Un coup de foudre!

En 2008, dans le cadre d’un de leurs voyages annuels vers le Sunshine State, la route mène Charles et Hélène sur la côte ouest de l’État. Ils choisissent de s’arrêter au Pioneer Village RV Resort, un beau parc de VR de 500 emplacements. Et bam! Comme ça, le coup de foudre se produit! Le couple s’y sent bien dès sa première visite. Il apprécie l’atmosphère de l’établissement, ses infrastructures, sa localisation à proximité de toutes les commodités et de certaines des plus belles plages de l’État. «Et la chaleur! On est tellement confortable dans cette région» répète Charles, qui déteste visiblement les rigueurs de l’hiver québécois.

Pourquoi aller ailleurs?

Le couple ne vit pas son amour pour le Pioneer Village à moitié! Chaque année depuis leur visite initiale, Charles et Hélène ne manquent pas d’y séjourner. D’abord deux ou trois semaines, selon ce que leur permet leur horaire de travail et leurs divers projets de voyage en VR. Puis, deux ou trois mois, la flexibilité de la retraite rendant possible de vrais longs séjours. «L’an dernier, nous nous y sommes installés le 1er novembre et nous avons quitté le 13 avril. On en a vraiment profité. Et on a fait un grand changement : nous avons troqué notre emplacement de camping habituel pour la maison de parc voisine, que vous avons achetée. Il faut croire qu’on aime vraiment la place!», relate Charles, en riant.

Pourquoi Fort Myers ?

Quand Charles et Hélène ont eu un coup de cœur pour la côte ouest de la Floride, il y a dix ans, cette dernière était encore très peu connue des voyageurs québécois, plus familiers avec la côte atlantique de l’État (Fort Lauderdale, Hollywood, Miami, etc.). Charles Morier estime qu’on ne comptait à l’époque qu’un maximum de 2 % de caravaniers québécois au Pioneer Village. Tout pour plaire à Hélène, de nature plus solitaire. Au fil des ans, le profil des résidents et des locataires du parc de VR a bien changé. «Aujourd’hui, nous sommes plus de 40 % de Québécois. On est comme une grande famille! Et nous ne sommes pas les seuls à y avoir acheté une maison de parc. Plus de 100 autres Québécois ont fait de même» s’exclame Charles. Finalement, cette présence francophone plaît autant à Hélène qu’à lui!

Les deux se sont attachés à cette «famille d’hiver», qu’ils quittent à regret au printemps. Ils font des activités avec leurs «amis du Sud» et, ensemble, ils ont visité toutes les attractions de la région. «Il n’y a rien qu’on n’a pas vu!», lance Charles.

Tant qu’ils auront la santé, Hélène et lui souhaitent continuer de passer l’hiver dans le Sud au Pioneer Village. «On s’y sent chez nous», conclut Charles.