Mesa, Arizona: une porte ouverte vers les grands espaces du Sud-Ouest Américain

Située à une quinzaine de minutes à l’est de Phoenix, capitale de l’Arizona, la ville de Mesa vit de moins en moins dans l’ombre de son imposante voisine. Avec une population en forte croissance qui atteint presque le demi-million d’habitants, répartis sur un territoire très étendu, Mesa attire un nombre sans cesse grandissant d’amateurs de plein air et de soleil.

Les vacanciers qui fuient les rigueurs de l’hiver connaissent bien sûr le climat chaud et sec de la région et ne se font pas prier pour profiter de ses 325 jours d’ensoleillement par année, en moyenne ! Mesa compte également un autre atout dans son jeu : selon le plus récent palmarès de l’influent site TripAdvisor, elle est la destination hivernale la plus abordable de tout l’Ouest américain. Rien de moins !

Des randonnées pour tous les goûts

À votre arrivée à Mesa, vous ne tarderez pas à réaliser que les choix de sorties en nature y sont très nombreux. Pour une première excursion qui ne présente pas un niveau de difficulté trop élevé, le Usery Mountain Regional Park est l’une des meilleures options qui soient. Situé à l’extrémité est de la ville, ce parc contient une grande variété de plantes et d’animaux typiques de cette partie du désert de Sonora. Pour un prix d’entrée de 6 $ par véhicule, vous aurez accès à plusieurs sentiers, dont le spectaculaire Wind Cave Trail, qui mène à une grotte creusée par le vent au sommet d’un pic montagneux. Au bout d’une marche de 2,5 km, vous serez récompensés par une vue panoramique sur la région.

En continuant votre route un peu plus loin vers l’est, vous atteindrez la Forêt nationale de Tonto, la cinquième plus grande des États-Unis. Ici, les sentiers s’allongent et les efforts à fournir pour les parcourir s’intensifient. Mais le magnifique décor désertique en vaut la peine ! En vous procurant une passe quotidienne au coût de 8 $ par personne, vous pourrez partir à la rencontre de lieux parfois étonnants, comme une réplique d’un camp minier ou une petite ville fantôme. Avant d’arriver, consultez la liste des sentiers sur le site www.fs.usda.gov/tonto.

Vous avez envie d’une promenade sur le plat ? Au Park of the Canals, dans la partie nord de la ville, on peut contempler des ruines préservées qui illustrent les exploits d’ingénierie du peuple Hohokam, qui a construit un réseau complexe de canaux permettant d’irriguer la région, avant l’arrivée des premiers colons européens. Le parc, dont l’accès est gratuit, contient aussi un jardin botanique riche en plantes désertiques.

À quelques minutes de là, vous trouverez le sympathique magasin d’époque Orange Patch, où vous pourrez vous procurer une grande variété d’agrumes cueillis tout juste à l’arrière, dans un verger de plusieurs acres. Les prix sont imbattables et les fruits ont la réputation d’être plus savoureux qu’à peu près partout ailleurs.

Des découvertes en ville aussi

Mesa a également beaucoup à offrir lorsqu’on quitte les sentiers pédestres pour se diriger vers le centre-ville. Ses principaux attraits sont réunis autour de Main Street, une artère où abondent les restaurants abordables – en particulier ceux d’origine mexicaine – et les commerces de tout genre. Du côté des institutions culturelles, mentionnons le musée d’histoire naturelle de l’Arizona (Arizona Museum of Natural History), qui mérite amplement qu’on s’y arrête pour son exposition permanente sur les dinosaures, tout comme pour ses expositions temporaires. L’entrée est de 12 $ par personne. À deux coins de rues de là, le complexe du Mesa Arts Center présente des spectacles dans quatre salles, dont une de 1 600 places.

Soyez près de tout !

À 5 km du centre-ville, le Parc de VR Mesa Spirit représente assurément le meilleur rapport qualité-prix que l’on puisse trouver à Mesa. L’un des quatre centres de villégiatures du réseau Encore dans la région, ce parc de VR de près de 1 700 places offre une gamme complète de services et toutes les commodités recherchées par les caravaniers. En résidant dans ce parc réservé aux adultes, vous profiterez d’un accès rapide à une foule d’activités à proximité : parcours de golf, endroits où pêcher, centres commerciaux et casinos. Et que dire des trois piscines chauffées que possède le site, de ses cinq bains à remous et de ses nombreux terrains de tennis, de pétanque et de fer à cheval ?

Lors de votre séjour à Mesa, attendez-vous à être conquis par les grands espaces et l’air du désert du Sud-Ouest américain !

Destination Évasion: le [nouveau] parc de VR Forest Lake Village à Zephyrhills en Floride

Destination Évasion : le Forest Lake Village, près de Tampa

Amateurs de tranquillité et de chaleur humaine, adeptes de localités modernes peu fréquentées par les touristes, nous avons un joyau méconnu à vous présenter. Il s’agit de la ville de Zephyrhills. Située dans la région centrale de la Floride, cette banlieue du nord-est de Tampa, à 45 minutes des plages de la côte ouest de l’État, a vraiment tout pour plaire. Un exemple : le Forest Lake Village RV Resort, un parc de VR ouvert toute l’année, relativement petit – il compte 274 emplacements – et où l’on accepte les animaux domestiques. Cette nouvelle acquisition du réseau Encore est gérée par le dynamique Steven Bagiardi, un amateur de golf et de plongée sous-marine dont la passion dans la vie est tout simplement de rendre les gens heureux, à commencer par sa clientèle qu’il considère un peu comme sa famille élargie. « Je me suis fait un devoir d’apprendre à connaître les campeurs qui séjournent chez nous et de passer du temps avec eux. Je veux qu’ils se sentent tout à fait à l’aise lorsqu’ils sont avec moi. Je suis quelqu’un de social ; j’aime les gens ! », lance-t-il avec le sourire.

Une localisation idéale

Au cœur du comté de Pasco, la ville de Zephyrhills, dont la population atteint tout juste 15 000 habitants, est connue à travers toute la Floride pour son eau pure et cristalline. D’ailleurs, si son nom vous dit quelque chose, c’est probablement parce que vous l’avez lu sur une étiquette dans un supermarché des environs, puisqu’on l’embouteille à la source. Le bleu des sources d’eau de la région est d’ailleurs si éclatant qu’il attire même les parachutistes, qui viennent de partout pour profiter de la meilleure vue qui soit sur Zephyrhills !

Outre un coquet centre-ville à l’ancienne, où boutiques et restaurants ont pignon sur rue, à l’ombre des chênes, la ville compte une bibliothèque de qualité, modernisée en 2014, quantité d’espaces verts, un country club et un golf municipal, un grand parc à chiens, de même qu’un petit musée consacré à l’histoire des trains, le Zephyrhills Depot Museum. Ouvert au public le samedi, en matinée, il vous promet une visite particulièrement intéressante. À Zephyrhills, y trouverez également tout ce qu’il vous faut pour que votre quotidien au parc de VR se déroule bien : magasins à grande surface, épiceries et cliniques médicales.

Comme la ville se trouve en climat subtropical, les étés y sont chauds et humides, alors que les hivers sont généralement secs. La température moyenne annuelle est d’un confortable 22oC. On y enlève quelques degrés en janvier et février, pour en ajouter en juillet et en août.

À faire dans la région de Tampa

Si vous comptez passer quelques semaines – voire plusieurs mois – au parc de VR Forest Lake Village, vous avez tout intérêt à planifier quelques excursions dans la région de Tampa, le centre économique de la côte ouest de l’État. Gageons que de passer une journée à marcher dans les quartiers historiques d’Ybor City, où l’influence de la communauté latino-américaine s’observe partout, et d’Old Hyde Park, réputé pour ses boutiques haut de gamme, sera un agréable changement à votre routine quotidienne au camping !

La ville de Tampa est riche en contrastes fascinants : ses restaurants gourmets se comptent par dizaines et la place enviable qu’y occupent les arts de la scène en fait une destination prisée par les amateurs de théâtre et de spectacles de variétés. Par ailleurs, Tampa séduit aussi par ses attractions familiales de qualité : elle compte l’un des aquariums les plus appréciés du pays, le Florida Aquarium, et on y trouve les splendides jardins Bok Tower, où des concerts sont régulièrement donnés, ainsi que le Museum of Science & Industry, qui propose des expositions fascinantes pour les publics de tous les âges. Et c’est sans compter les plages, les golfs et la rivière Hillsborough, un cours d’eau paisible à découvrir en canoë pour y observer de près oiseaux, tortues et peut-être même quelques alligators !

Pour le magasinage, les choix sont quasi infinis, allant des marchés aux puces (avis aux amateurs, le plus imposant est le Big Top Flea Market) aux centres commerciaux chics, en passant par les magasins d’usine.

Vous préférez prendre la route vers l’Est ? Sachez que les parcs thématiques d’Orlando se trouvent à environ 1h30 de Zephyrhills… Bon à savoir lorsque l’envie vous prend d’aller saluer Mickey !

Au parc de VR, on ne n’ennuie jamais

Si tout le monde semble se plaire au parc de VR Forest Lake Village, c’est d’abord à cause de l’ambiance familiale et chaleureuse qui y règne et aussi grâce aux infrastructures impeccables de l’établissement. L’endroit est bien tenu et ça paraît !

Vous vous levez un matin en ne sachant pas trop quoi faire ? Voyez les choix qui s’offrent à vous : billard, shuffleboard, jeux de fers, tennis, volleyball à la piscine et mini-golf, sans compter la pêche dans un lac ensemencé situé directement sur le site. Vous pouvez également aller faire quelques longueurs dans la piscine pour adultes, puis vous détendre dans le spa. Si vous êtes en compagnie d’enfants, sachez qu’une piscine familiale se trouve aussi sur le site. Vous voyez, les options sont variées. Vous pouvez même opter, certains jours, pour n’en considérer aucune et passer plutôt la journée à profiter du soleil de la Floride, à votre emplacement ou à celui des nouvelles connaissances que vous vous serez faites sur place.

Il est possible de réserver un emplacement au Forest Lake Village à la journée, au mois ou même à l’année. D’intéressantes promotions sont présentement en vigueur. Jetez-y un coup d’œil !

Paul et son pneumatique au parc de VR Sunshine Key !

Cela se passait à l’hiver 2012. Comme souvent, en cette période de l’année, il nous plaisait de goûter au dépaysement qu’offre le sud de la Floride, surtout les Keys. Notre autocaravane de l’époque, « Mamouth », comme nous nous plaisions à la nommer à cause de son gabarit de 12 mètres disposait d’énormes soutes accordant toute la latitude nécessaire pour y placer bagages, accessoires et jouets.

Inspiré par toute par cette belle étendue d’eau qui nous entourait, l’idée me vint qu’avoir un petit bateau ajouterait une touche spéciale à l’exotisme des lieux. À vrai dire, cette idée me trottait dans la tête depuis quelque temps déjà. Dans les semaines précédentes, j’avais passablement navigué — un mot on ne peut plus à propos — sur l’internet afin de trouver un bateau qui comblerait nos besoins tout en pouvant se ranger dans nos soutes.

Notre camping du moment, le Sunshine Key, à Big Pine Key, incarnait à la perfection le concept d’un camping, une île. Il était en effet la seule ressource sur l’Ohio Key, troisième en direction sud-ouest après le Seven Mile Bridge. Cette île des « Lower Keys » présentait donc l’occasion idéale pour réaliser ce rêve ou ce caprice, appelez-le comme vous voulez.

Mon choix arrêté et la commande passée, trois jours plus tard, Fedex ou UPS, j’ai oublié lequel, livrait deux boites contenant le vaisseau. J’avais opté pour un catamaran gonflable qui pouvait facilement s’assembler et se démonter pour être rangé. D’accord, le mot « facilement » n’était pas le mot vraiment adéquat pour désigner la première fois où je l’assemblai. Il me fallut une longue journée avant de voir toutes les pièces en place et le bateau prêt à prendre la mer. Épuisé d’avoir travaillé sous un soleil de plomb, je décidai de reporter la mise à l’eau au lendemain.

Pour l’occasion, Michelle et moi avions invité un couple d’amis séjournant dans les Keys pour l’hiver à venir partager avec nous cette expérience exceptionnelle. Lui, capitaine au long cours, avait passablement bourlingué et possédait l’expérience d’avoir traversé l’Atlantique à maintes reprises sur des voiliers nettement plus impressionnants que mon esquif. Celui-ci mesurait 4,26 mètres de la proue au gouvernail alors que son le mat démontable en trois sections s’élevait à seulement 5,5 mètres.

Rompu à la procédure traditionnelle en cas de première mise à l’eau, notre ami n’avait pas lésiné sur la qualité de la bouteille de champagne qu’il avait apportée. De bonne guerre, il accepta toutefois une légère entorse au protocole. Chacun de nos essais pour baptiser le minuscule voilier se soldait par un échec, la bouteille rebondissant sur les deux flotteurs pneumatiques à basse pression servant de coque. Plutôt que de s’entêter à casser une si bonne bouteille, l’ouvrir et la boire nous sembla beaucoup plus approprié, ce que nous fîmes avec plaisir.

Cette étape importante accomplie, nous pouvions donc passer à la mise à l’eau. Très léger, il fut facile de glisser le catamaran sur le sable pour l’amener au rivage. Même s’il était petit, sa grande flottabilité permettait d’y monter à quatre, assis sur des sièges amovibles et pivotants comme ceux que l’on trouve dans les chaloupes à moteur destinées à la pêche sportive.

Une des particularités des Keys, qui donne à la mer sa couleur vert émeraude, vient du fait que l’eau y très peu profonde. Ça et là, de fréquentes taches brunes indiquent la présence de hauts fonds sablonneux située souvent à moins de 30 cm de la surface. Il faut donc marcher loin du rivage pour espérer avoir de l’eau jusqu’à la ceinture.

Dans de telles conditions, impossible de descendre les dérives sans labourer le sable. À cause de ce problème, le vent, pourtant à peine présent, faisait dériver le catamaran de côté plutôt que de le faire avancer. Il fallut tout le savoir-faire de notre ami capitaine pour, après 45 minutes d’efforts, ramener au rivage son équipage sain et sauf. Avant même d’avoir vraiment commencé, notre journée de navigation venait de prendre fin. Tout penaud, tel un marin d’eau douce, je consacrai le reste de l’après-midi à noyer cet échec en compagnie de nos amis. Le lendemain matin, je démontai le voilier le rangeai dans les soutes.

Par la suite, il m’est arrivé à quelques reprises de le réassembler pour l’utiliser sur des plans d’eau mieux adaptés à ce genre de bateau. Chaque fois cependant, je faisais le même constat. Ce catamaran ne pouvait monter au vent et son comportement, loin d’être sportif, s’avérait plus frustrant que jouissif. Un an plus tard, je m’en départissais avec satisfaction. Depuis, à défaut de faire de la voile, nous pédalons sur nos vélos, notamment dans les Keys où, longeant l’Overseas Highway, se trouvent de longues et magnifiques pistes cyclables.

~ Paul Laquerre

Paroles de Campeurs: l’histoire de Danielle & Georges le long de la côte est des États-Unis !

Charmés par la côte Est des États-Unis…et par ses campings

La beauté des États de la côte Est des États-Unis ne cesse de charmer Danielle Perras et George Baier, un couple de Montréalais qui y campe tous les étés pendant environ 4 semaines depuis maintenant… 40 ans. Du sud du Maine aux Keys à l’extrémité de la Floride, en passant par Boston et ses environs, ils ont suivi l’océan Atlantique, longtemps à bord de leur compacte Westfalia puis, depuis 10 ans, au volant de leur autocaravane de classe B Rialta de 21 pi (6,4 m), un peu plus spacieuse. Adeptes d’établissements calmes et ombragés, ces professeurs en enseignements des arts à l’université se sont procuré la carte de la zone nord-est du réseau de campings et de parcs de VR Thousand Trails, il y a sept ans et ils ont renouvelé leur adhésion chaque année depuis. « Pour nous, c’est la trouvaille de la décennie! », affirme George avec un enthousiasme bien réel, que partage entièrement sa conjointe.

Ce que les Perras-Baier apprécient le plus dans la formule Thousand Trails, c’est la possibilité qui leur est offerte de séjourner dans des établissements « d’une qualité exceptionnelle », à un coût très bas. « Nous nous sommes arrêtés dans plusieurs des 14 campings de la zone nord-est, qui s’étend du Maine à la Pennsylvanie. Nous avons toujours été enchantés de notre expérience. Les emplacements sont impeccables, les infrastructures modernes. Tout est propre et bien tenu », explique Georges.

Le couple a eu le plaisir de s’arrêter dans d’autres établissements du réseau lors de voyages l’ayant amené jusque sur la côte Ouest américaine. Jamais il n’a été déçu. Même chose lorsqu’il a visité le sud du pays. « En Floride, nous avons aussi eu la chance de nous arrêter dans plusieurs parcs de VR Encore, notamment au Miami Everglades RV Resort et là encore, nous n’avons que de bons commentaires à faire. L’accueil, les emplacements, la localisation du site : tout était toujours parfait », notent-ils, mentionnant au passage qu’ils ont recommandé le réseau Encore à plusieurs amis et connaissances et qu’ils continuent de le faire chaque fois que l’occasion se présente.

Caravaniers actifs et plutôt indépendants de nature, Georges et Danielle utilisent leur véhicule récréatif comme un endroit confortable où dormir et le camping comme un port d’attache. Vous ne les verrez pas participer aux activités organisées dans les établissements où ils séjournent. Pour tout dire, ils ne font même pas de feux de camp ! Vous risquez cependant de les apercevoir au bloc sanitaire, en soirée et tôt le matin, et à l’occasion à la piscine ou au comptoir de crème glacée, lorsque la chaleur impose un rafraîchissement. « Nous adorons prendre nos repas à l’extérieur, sur notre emplacement. Je dis toujours que nous avons la plus belle table en ville », relate Georges avec chaleur.

S’ils avaient à choisir un camping coup de cœur, ce serait sûrement le Moody Beach RV Campground, à Wells, dans le sud du Maine. Ils y stationnent leur Rialta pendant au moins deux semaines chaque été depuis des années. « Chaque fois, c’est un réel plaisir d’y retourner. Le site, boisé, est situé tout près de la plage d’Ogunquit. C’est formidable qu’un tel endroit soit accessible à un prix si abordable aux détenteurs de la carte Thousand Trails», commente Danielle.

Cet été, les Perras-Baier risquent de faire une entorse à leurs habitudes. Ils ont en effet des voyages au Panama et dans le sud de l’Europe dans la mire. Pas de camping au cours des prochains mois, donc. Par contre, un périple en VR jusqu’en Californie pourrait fort bien se réaliser peu après. L’appel de la route commence déjà à se faire entendre ! « Si le projet se concrétise, nous aurons alors le privilège de pouvoir séjourner dans les parcs de VR Encore de l’Arizona et du Texas dont nous avons entendu le plus grand bien, en plus de découvrir des régions extraordinaires. Ça promet ! », concluent-ils d’une seule voix.

 

 

 

L’île de South Padre : un peu des tropiques au large du Texas

Prenez des vacances tropicales

Partez en vacances sur une île tropicale réputée pour ses feux d’artifices que l’on peut admirer six mois par année. C’est un lieu où vous pouvez parcourir 55 km de plages parmi les plus larges et les plus propres qui soient. Essayez la planche à voile ou allez observer des dauphins. Vous n’avez pas à voyager si loin pour trouver ce paradis à longueur d’année. Il est tout juste au large de la côte du Texas, dans le comté de Cameron, et il a pour nom île de South Padre. Même en janvier, vous y trouverez des températures qui oscillent autour de 20°C.

Restez avec nous, visitez l’île

On compte dix centres de villégiature Encore près de l’île de South Padre. Plusieurs sont à moins d’une heure de route. L’île de South Padre est facilement accessible par le pont Queen Isabella, depuis Port Isabel. Prenez la route 100 et allez vous amuser sur l’île.

Nous avons concocté quelques idées que vous pourriez apprécier à l’occasion de vos excursions sur l’île de South Padre.

Amoureux de la nature, réjouissez-vous

thinkstockphotos-177884449Le South Padre Island Birding and Nature Center est un lieu de prédilection des ornithologues amateurs. Apportez vos jumelles et mettez-vous à l’abri dans l’une des cinq caches d’observation d’oiseaux du site. On y trouve une promenade de plus d’un kilomètre et une tour de cinq étages d’où vous pouvez profiter d’une magnifique vue sur les terres et la mer.

Dirigez-vous ensuite vers Sea Turtle Inc. et informez-vous au sujet de la mission de cet organisme voué au sauvetage, à la réhabilitation et à la remise en liberté des tortues de mer. Les tortues sont hébergées ici avant de pouvoir être relâchées dans leur habitat naturel.

Pour une expérience au grand air, que diriez-vous d’une excursion d’observation de baleines et de dauphins ? Montez à bord d’une croisière en mer conçue en fonction du repérage des dauphins. Plusieurs groupes de dauphins vivent dans les eaux environnantes à l’année.

La plage, c’est la vie !

Les plages de l’île de South Padre ont été créées pour la relaxation. Comme l’île ne fait qu’environ 0,8 km de largeur, vous n’êtes jamais plus qu’à quelques pas de la mer. Les températures douces, l’eau calme et le soleil forment un mélange parfait pour votre journée passée à la plage. Vous pouvez même suivre une leçon sur la façon de construire les meilleurs châteaux de sables !

Mettez votre chapeau de cowboy et montez en selle pour une randonnée à cheval ou essayez un sport nautique comme le paravoile, le kitesurf ou la motomarine. Testez votre équilibre avec une planche à rame ou une planche hydro propulsée. Il s’agit d’un véritable terrain de jeu pour les amateurs d’eau, avec de nombreux fournisseurs de services prêts à vous louer de l’équipement et à vous montrer comment vous en servir.

Pour ce qui est de la pêche, vous pouvez choisir de rester près de la côte ou de vous aventurer au large. Venez avec votre propre bateau ou louez-en un sur place. Si vous préférez, jetez la ligne à partir du rivage et voyez ce qui mord. Il y a des restaurants dans les environs qui se feront un plaisir de cuisiner ce que vous aurez attrapé.

Au-dessus et au-dessous des vagues

Enfilez votre gilet de sauvetage, saisissez une rame et partez à l’aventure en kayak ou en canoë. Vous préférez peut-être revêtir un casque et partir en motomarine ? Des tours d’une heure et demie sont offerts à ceux et celles qui désirent glisser dans leur visite une randonnée à toute vitesse à travers les vagues. Pour quelque chose d’un peu moins rapide, montez à bord d’un bateau banane de six places ! Plusieurs fournisseurs sont là pour vous louer tout ce dont vous avez besoin pour vous divertir sur l’eau.

Plongez sous les vagues et explorez un monde que l’on voit rarement. Des instructeurs vous montreront comment faire une plongée en mer simple. Pour ceux et celles qui ont de l’expérience, faites une plongée vers le navire naufragé Texas Clipper. Entrez dans l’intimité de la vie marine en explorant son monde. Vous pouvez louer de l’équipement sur place ou apporter le vôtre. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’une expérience que vous n’oublierez pas de sitôt.

Vous n’êtes pas prêt à faire de la plongée sous-marine ? Que diriez-vous de la plongée en apnée ? Explorez l’estuaire de Laguna Madre, où l’eau n’a qu’un mètre ou deux de profondeur, ce qui est idéal pour tous les niveaux, de débutant à expert.

Dorlotez-vous, relaxez-vous, recommencez

thinkstockphotos-479607710Pour une petite île, South Padre propose d’excellents commerces. Vous y trouverez de très beaux cadeaux pour vous et vos amis. Une fois votre envie de magasinage assouvie, le moment sera venu de visiter l’un des nombreux spas et de vous laisser gâter. Vous sentirez vos soucis s’évaporer grâce à un massage donné par un spécialiste de la relaxation.

Après avoir pris soin de votre apparence extérieure, vous pourrez vous concentrer sur l’intérieur de votre corps en vous offrant quelques gâteries. Il y a plus de 50 restaurants, bars et boîtes de nuit sur l’île de South Padre. On y trouve des restaurants à hamburgers et des rôtisseries sur le bord de la plage, ainsi que plusieurs endroits où l’on sert des fruits de mer. Il y a aussi de nombreux restaurants ethniques sur l’île, tout comme des restaurants-minute bien connus.

Une fois votre corps rassasié, ce sera le temps d’aller danser, de chanter dans un karaoké ou de vous détendre devant un feu d’artifice nocturne.

Peu importe ce que vous choisirez de faire, quelle que soit l’heure ou la saison, soyez assuré que votre passage à South Padre Island vous laissera des souvenirs chaleureux.

Paul Laquerre sur le chemin des Florida Keys !

Après avoir défoncé l’année avec des amis à Davie, un peu au nord de Miami, en fin d’avant midi, dimanche, nous reprenions la route en direction des Keys. Un peu fatigué d’avoir veillé tard pour écouter le Bye-bye à la télé, il nous apparaissait agréable de mettre la boussole vers le sud pour retrouver le rythme de vie tranquille des insulaires. Mais, nous avions oublié de tenir compte que nous étions le 1er janvier et que lendemain était jour de congé pour plusieurs !

Les familiers de la route qui mène de Florida City à Key West savent combien celle-ci, la seule qui mène d’une île à l’autre, peut être encombrée, surtout lors de longs week-ends. Il nous fallut donc très peu de temps pour réaliser que nous n’étions pas les seuls à s’y aventurer et que la patience serait de mise. Roulant à la queue leu leu, on aurait dit que les toutes les autos étaient reliées par un élastique s’étirant et contractant sans arrêt. Un coup de frein suivait immanquablement la moindre pression sur l’accélérateur. Bref, le trajet dura au moins une heure et demie de plus que le temps annoncé au départ par notre GPS.

À notre arrivée, au Fiesta Key RV Resort, les terrains disponibles étaient rares. Heureusement qu’un emplacement nous était réservé. Vers 17 h 30, nous étions enfin installés et prêts à relaxer. À ce moment, le soleil se préparait à plonger dans l’eau où nous serions bien allés le rejoindre, n’eut été que nous étions épuisés. Même préparer le souper nous semblait une corvée.

Le préposé à l’accueil qui nous avait reçus avait bien mentionné la présence d’un restaurant directement sur le terrain. Selon ses dires, la cuisine y était excellente. En l’écoutant faire la promotion du casse-croûte du coin, j’avoue avoir pensé que nous n’avions probablement pas les mêmes goûts. Souvent la gastronomie des restaurants de camping se limite à des frites graisseuses et de vulgaires hot dogs et hamburgers. Mais comme nous étions dans les Keys, pays de fruits de mer, dans un geste poli, j’avais quand même accepté, sans conviction, le menu tendu avec enthousiasme.

Ployant sous la chaleur et vidé de notre énergie après avoir installé et raccordé notre véhicule aux services, ni Michelle ni moi n’avions envie de sortir les chaudrons. Même nous demander ce que nous pourrions bien manger nous faisait suer davantage. En désespoir de cause, je jetai un coup d’œil au menu. Oh surprise, son contenu était plus élaboré que je ne l’avais imaginé. Assez en tout cas, pour nous décider d’aller jeter un coup d’œil aux lieux, histoire de soupeser l’ambiance et de voir comment nous y sentirions.

Il me fallut référer au plan du terrain pour localiser ce restaurant. Pourtant, en arrivant, j’avais passé juste devant sans même prendre conscience que la bicoque bleue sur ma gauche n’était pas une remise à outils, mais un restaurant. Dans les Keys, il arrive souvent que l’extérieur des restaurants ne paie pas de mine. Moi qui en suis à je ne sais plus combien de visite dans ces îles, comment avais-je pu oublier ce détail ? La chaleur et la fatigue m’avaient sans doute ramolli le cerveau.

Indécis, nous faisons le tour de la baraque. Derrière, donnant directement sur l’eau, une terrasse à fond de sable, parsemée de palmiers et de palapas couverts de feuilles brunes, se dressait devant nous alors que le soleil était en train de se noyer. Dans le sud, il faut à peine quelques minutes à la brunante pour se transformer en nuit. Des guirlandes de lumières accrochées entre les arbres projetaient juste assez de lumière sur le sable et l’eau pour complètement dépayser les Québécois que nous sommes. Nous étions conquis par cette atmosphère des mers du Sud alors qu’un sentiment de vacances nous envahissait. La magie opérait.

Mais ce n’était là que le début de ce que réservait le Lobster Crawl Bar and Grill. Barry avait raison, la cuisine y était excellente. Michelle commanda une pizza qu’elle trouva délicieuse, mais trop généreuse. Lorsque celle-ci arriva à la table, nous sûmes immédiatement qu’il aurait fallu être quatre pour en venir à bout. Offerte dans un seul format, 41 cm de diamètre, grâce aux petites boites de styromousse, elle vint garnir notre frigo pour au moins deux autres repas.

De mon côté, n’ayant pas l’âme à la pizza, j’optai plutôt pour le mahi-mahi portofino surmonté de grosses crevettes et baignant dans une sauce au homard avec petits légumes et d’un peu de riz. Malgré une cuisson prolongée qui avait un tantinet durci le poisson, les crevettes et la sauce homardine firent rapidement oublier ce petit impair. En fait, je ne sais pas ce qui avait été mis dans ce mets, mais lundi soir, Michelle a dû argumenter pour me convaincre de ne pas retourner manger la même chose.

Inutile de dire que le lendemain de ce festin, je suis retourné à l’office, présenter mes excuses à Barry pour avoir douté de son goût. J’ai aussi retenu de l’aventure qu’un jugement trop rapidement porté peut facilement nous enfermer dans un préjugé.

Crédit: Mr Paul Laquerre

Arcadia : un voyage dans le temps à une heure de la côte !

img_8767-1

Parmi les nombreuses destinations touristiques de Floride, on peut dire qu’Arcadia est un cas unique en son genre : à tout juste une heure des plages du golfe du Mexique, on s’y sent comme dans un autre monde, loin de l’effervescence des grands centres. Cette petite ville d’à peine 7 500 habitants se trouve en effet au cœur d’une vaste campagne parsemée d’orangeraies et sillonnée par de paisibles cours d’eau – avec en premier lieu Peace River, une magnifique rivière qui invite à l’exploration des grands espaces, en canot ou en kayak.

Arcadia possède une autre caractéristique distinctive, qui demeure un secret pour plusieurs : nous sommes ici en plein « cowboy country », le surnom que l’on donne à cette région dont l’histoire a été marquée par l’élevage du bétail. Ce secteur d’activité est encore présent aujourd’hui et le passé ne semble jamais bien loin lorsqu’on visite Arcadia. Aussi, ne soyez pas surpris d’y croiser quelques cowboys… et de vous croire dans un paysage du Far West, plutôt que dans le Vieux Sud !

Les antiquaires affluent

Une chose saute tout de suite aux yeux lorsqu’on arrive sur la rue principale d’Arcadia, Oak Street : il semble y avoir un antiquaire à chaque coin de rue ! Ce n’est pas une illusion, car le centre-ville historique d’Arcadia compte la plus grande concentration de marchands d’antiquités en Floride. Le quatrième samedi de chaque mois, leur nombre explose avec la tenue d’une foire où affluent jusqu’à 120 antiquaires indépendants. Une occasion pour plusieurs d’y faire de belles trouvailles.

Avec ses nombreux immeubles bien préservés datant du début du 20e siècle – la ville ayant dû être reconstruite à la suite d’un incendie en 1905 – le cœur d’Arcadia est un endroit des plus agréables à visiter. Les restaurants y sont en général très abordables et on retrouve de sympathiques adresses comme le Wheeler’s Cafe, qui a ouvert ses portes en 1929, le populaire Slim’s Deep South Barbecue, ainsi qu’un salon de thé et un comptoir de crème glacée à l’ancienne.

La ville vous réserve aussi des surprises tout au long de l’année, notamment des défilés de toutes sortes et trois grands trois rodéos, en mars, en juillet et en octobre. Ceux-ci se déroulent au Arcadia Rodeo Arena et représentent une activité particulièrement bon marché.

Une nature sauvage à explorer

Peace River, qui coule du nord au sud et passe juste à l’ouest d’Arcadia, vaut amplement une randonnée à bord d’une petite embarcation. Deux pourvoiries, Canoe Outpost et Canoe Safari, offrent des excursions de diverses durées qui vous permettront de découvrir une nature sauvage et d’y observer de nombreuses espèces animales. Le long de votre parcours, vous pourrez entre autres y apercevoir des cerfs, des tortues, des grues, des aigrettes, et une grande variété de poissons.

L’envie vous dit d’aller un peu plus loin ? À une heure de route vers l’ouest, la ville de Sarasota est renommée pour ses nombreux festivals, ses musées (dont celui du cirque !) et ses plages.

Plaisir et détente aux portes de la ville

Comme lieu où séjourner pour profiter à fond des nombreux attraits de la région, impossible de trouver mieux que le Toby’s RV Resort. Avec ses 400 espaces pour véhicules récréatifs, ce parc du réseau Encore n’est pas seulement économique et bien localisé, il est aussi équipé d’infrastructures hors pair : piscine chauffée, spa, pavillon d’accueil, courts de tennis, salle d’exercice, sentiers de randonnée et même un étang ensemencé où l’on peut pêcher. En plus, les animaux domestiques y sont les bienvenus. L’aire de pique-nique et de barbecue sera l’endroit idéal où partager un repas avec les invités qui viendront vous y visiter.

Enfin, les amateurs de golf n’auront pas à aller très loin pour assouvir leur passion, puisqu’un parcours de 18 trous offrant des prix intéressants, le Arcadia Municipal Golf Course, se trouve à environ 10 minutes du Toby’s.

Pour une Floride tout à fait différente de celle à laquelle vous êtes habitués, vous savez maintenant où aller !

Si vous avez vous-même des repères secrets que vous aimeriez partager, n’hésitez pas en commentant cette publication !

Le Portrait: découvrez Rosa, gérante du Sunshine Key à Big Pine Key en Floride !

rosacimino-1

Nom: Rosa Cimino

Poste: gérante

En fonction depuis: juillet 2015

Lieu de travail: Sunshine Key RV Resort & Marina

Activité préférée: passer du temps en famille

  1. À quoi ressemble une journée typique au Sunshine Key RV Resort & Marina? Quel est ton moment préféré?

Mon moment préféré débute lors de mon trajet vers le travail. La vue de l’île depuis le pont de 11 km est spectaculaire. Le fait de voir le parc rempli de véhicules récréatifs entame ma journée avec un sourire. J’apprécie aussi la variété qu’apporte chaque journée – les interactions avec les invités, le travail avec les collègues et les relations avec le personnel. Ces moments représentent tous des occasions d’enrichir l’expérience des invités.

  1. Tu travailles alors que les gens que tu côtoies profitent de leurs vacances. Comment réagis-tu à cela?

C’est un réel plaisir de savoir que mon travail a un effet direct sur l’appréciation de nos invités pour leur séjour sur cette île magnifique! Pour moi, honnêtement, ce plaisir ne me donne guère l’impression de travailler.

  1. Lorsque les gens te demandent ce qu’il y a de plus intéressant à faire dans la région, que leur recommandes-tu?

Entourés par l’océan, nos invités peuvent s’adonner à la pêche, à la baignade et au kayak directement sur nos rives. Nous sommes aussi à seulement 3 kilomètres des plages primées du parc d’État de Bahia Honda, où vous pouvez aussi parcourir les sentiers et voir une partie du pont ferroviaire historique de Flagler. À 10 minutes dans un sens ou dans l’autre, vous trouverez d’excellents restaurants, magasins et autres coins à explorer.

  1. Quelle est ton histoire préférée au sujet de ton expérience au Sunshine Key RV Resort & Marina?

Nous avons eu la chance que notre propriété soit choisie comme lieu de tournage pour une importante production cinématographique. Le fait d’accueillir Donald Sutherland et Helen Mirren fut une expérience que nos clients et notre personnel ne risquent pas d’oublier de sitôt!

  1. Quel est ton plus grand accomplissement depuis ton entrée en fonction?

Nous avons une équipe formidable qui travaille fort afin d’assurer que les besoins de nos invités soient satisfaits à tous coups. L’aire de jeu et les terrains de tennis et de pickleball réaménagés sont remarquables. Je suis aussi fière de la nouvelle image de marque et de la signalisation que nous avons créées. Avec toute une liste de projets à l’horizon, chaque visite amènera de nouvelles découvertes.

  1. Si tu avais à décrire ton parc de VR à quelqu’un qui pense y venir, que dirais-tu?

Je dis toujours que le Sunshine Key est une île privée au milieu du paradis. Notre centre de villégiature est situé sur Ohio Key, une île de 75 acres près de Big Pine Key, dans les Lower Keys. Il est parfait pour les activités en mer ou simplement pour relaxer sur le bord de l’eau. Notre marina propose aussi aux aventuriers du VR un accès sans pareil à l’environnement d’une île tropicale.

  1. Qu’est-ce qui t’a amené au Sunshine Key?

Je travaillais à Disney depuis 20 ans et j’étais prête pour de nouveaux défis et un nouvel environnement. Quand l’occasion s’est présentée, le moment était propice à un changement de vie et à la possibilité de déplacer ma famille vers le paradis des Keys.

  1. Une dernière chose à ajouter pour tes invités, actuels et futurs?

Nous avons un centre de villégiature formidable, des invités merveilleux et un personnel remarquable. Le Sunshine Key offre tout sur sa propre île privée, de la navigation de plaisance au kayak, en passant par la pêche et la baignade. Venez vous y faire de nouveaux amis, retrouver de vieux amis ou simplement vous imprégner du rythme de la vie dans les îles.

Vous avez une question pour Rosa ? Commentez ci-dessous et elle se fera un plaisir de vous répondre !

Trucs & Astuces en VR: Planifier ses vacances et son budget !

92038942-edited

Même si les campeurs ont soif d’aventure, il est quand même important de suivre une ligne directrice dans vos périples, même vous en vous donnant de la latitude.

  • Pourquoi il est important de planifier son voyage en VR
  • Douanes : ce qu’il faut savoir
  • Voyager sans se ruiner
  • Comment faire durer ses ressources plus longtemps
  • Économiser en roulant, c’est possible
  • Trucs de campeurs

Pourquoi est-ce important de planifier son voyage en VR?

La situation sur les terrains de camping n’est plus ce qu’elle était il y a une quinzaine d’années : victimes de leur popularité croissante, le taux d’occupation des terrains oscille entre 90% et 95%, et affichent parfois complet pendant la haute saison (juillet-août, et la fin de semaine de la St-Jean). Il vaut donc mieux réserver un emplacement que de gâcher ses vacances en ne rencontrant que des terrains pleins. La préparation s’avère tout aussi importante lors de longs périples, alors que les deux facteurs les plus importants sont le temps et l’argent. Plus le kilométrage est élevé, plus il y a de questions à se poser : en combien de jours prévoyez-vous vous rendre à destination? Avez-vous pris en compte les moments de pause, les repas, les embouteillages? Avez-vous prévu du temps de conduite raisonnable, ou pensez-vous conduire 13 heures par jour? Se poser ces questions (et y répondre) relève d’une bonne préparation.

(…)

Douanes : ce qu’il faut savoir

Depuis le 1er juin 2009, il est obligatoire pour tout voyageur adulte entrant aux États-Unis d’avoir un passeport en sa possession. Pensez-y à l’avance si vous ne voulez pas débourser des frais de dernière minute pour obtenir votre passeport à temps. Toutefois, si vous prévoyez entrer sur le territoire des Etats-Unis uniquement par voie terrestre ou maritime, le permis de conduire Plus de la SAAQ vous permettra de voyager chez nos voisins du Sud à moindres coûts. La SAAQ ne délivre plus ce permis, mais il demeure valide jusqu’à sa date d’expiration. Un long séjour de planifié aux États-Unis ? Si vous prévoyez passer l’hiver aux États-Unis afin de fuir la chute du mercure, renseignez-vous sur les deux règles des 182 jours :

  • Pour conserver vos privilèges de l’assurance maladie, vous ne devez pas séjourner hors de la province plus de 182 jours dans la même année.
  • Les séjours de plus de 182 jours aux Etats-Unis vous font passer du statut d’étranger non-résident à celui d’étranger résident statut qui vous oblige à produire un rapport d’impôt au gouvernement américain.

Pas de panique cependant, en prouvant que vous payez des impôts au gouvernement canadien et que vos liens avec le Canada sont plus étroits qu’avec les Etats-Unis, vous pouvez être exempté de ce rapport d’impôt. Il suffit alors de remplir le formulaire Closer Connections Exception Statement For Aliens (seulement disponible en anglais) et l’envoyer au fisc américain pour être libre de ce souci. Évitez les surprises aux douanes, sachez ce que vous pouvez apporter. Les gens qui traversent les douanes ont l’obligation de déclarer toute la marchandise qu’ils importent. À la frontière canado-américaine, les règles diffèrent entre les douanes canadienne et américaine et il faut être très vigilant.

  • Les fruits et légumes frais doivent avoir une preuve d’origine pour avoir une chance de traverser la frontière. (Conservez l’emballage ou l’étiquette qui se retrouve sur les produits).
  • Chaque année, certaines variétés peuvent être interdites si elles sont susceptibles d’être atteinte d’une maladie.
  • Même les aliments qui peuvent passer la frontière canado-américaine le sont souvent pour une certaine quantité. Si vous dépassez cette quantité, vos devrez débourser taxes et tarifs de douanes vos achat. Informez-vous!
  • Pour connaître les aliments, animaux et plantes qui ne peuvent entrer aux États-Unis, suivez ce lien: http://airs-sari.inspection.gc.ca/AIRS_External/francais/decisions-fra.aspx
  • Pour joindre le service à la clientèle du US Customs and Border Protection : (202) 354-1000 ou (202) 227-5511

Pour plus d’information, consultez les articles de la Bibliothèque FQCC. Seuls les membres de la FQCC inscrits à FQCC.ca, ont le privilège de consulter ces documents. Voici quelques suggestions d’articles qui pourraient vous intéresser.

  • Les Associations touristiques du Québec
  • Un document d’une trentaine de pages pour bien planifier votre voyage et votre séjour en camping.
  • Offices de tourisme en Amérique du Nord

Voyager sans se ruiner

Plusieurs astuces permettent de faire rimer économie avec confort lors de voyages à bord d’un véhicule récréatif. Les habitudes à prendre dépendront de la façon dont on voyage. Ainsi, le temps d’autonomie en VR dépendra du nombre de personnes à bord du véhicule récréatif, de nos habitudes de vie et de notre consommation générale. Normalement, une personne qui fait attention devrait être autonome jusqu’à 4 jours sans problème.

  • Si l’emplacement comporte des branchements en électricité et de l’alimentation en eau, les réserves sont presque infinies.
  • Si on voyage en mode autonome, il faut agir de manière un peu plus réfléchie, comme on dépend des batteries et des réserves d’eau (le plus souvent entre 40 et 50 gallons).

Comment faire durer plus longtemps ses ressources

  • Prendre sa douche en fermant l’eau lors du savonnage.
  • Un bac d’eau dans l’évier de cuisine, pour se laver les mains ou les légumes d’abord, et pour vidanger la toilette quand l’eau est devenue sale.
  • Fermer les lumières le plus souvent possible quand on ne les utilise pas.
  • Utiliser l’éclairage au néon si possible plutôt que des ampoules à incandescence, puisque les néons consomment de 5 à 7 fois moins d’énergie. L’installation d’un système d’éclairage DEL peut apporter des économies d’énergie supplémentaires appréciables.
  • Faire davantage cuire la nourriture sur le gaz propane, afin d’économiser de l’électricité.

Économiser en roulant en VR, c’est possible

On sauve sur le coût d’hébergement : un bel emplacement de camping peut coûter environ 35$ par jour, alors qu’une chambre d’hôtel peut facilement coûter 100$ par jour pour un VR. De plus, on se sent chez soi, dans ses propres affaires.

Le coût d’achat est important, mais, surtout si on a choisi un petit modèle, le coût de déplacement n’est pas si important comparativement à une voiture, à l’avion ou au train.

On popote! En disposant de son propre frigo et de sa propre nourriture et en évitant de toujours manger au restaurant, on réalise de grandes économies sans même s’en rendre compte !

Article tiré du site internet de la FQCC.

Lien de l’article complet: c’est  ICI

Partagez VOS bons conseils en commentant ci dessous !

Paroles de Campeurs: l’histoire de Claudette & Jacques à Kissimmee !

img_1350-1

Au parc de VR Tropical Palms et nulle part ailleurs

Jusqu’au moment de prendre leur retraite, en 2009, Claudette et Jacques Allaire n’avaient jamais rêvé de se la couler douce dans un parc de VR au soleil, cinq mois par année. En fait, ces résidents de Sherbrooke n’étaient même pas caravaniers ! « Mon mari était propriétaire d’une entreprise de remorquage et je l’aidais à faire sa comptabilité. Toute notre vie active, nous l’avons passée à travailler », relate sans regret Claudette, une dame vive et chaleureuse. « Jacques a toujours aimé tout ce qui possède un moteur, confie-t-elle. Un jour, lors d’une ballade en voiture dans le quartier, une autocaravane a piqué son attention. Il est allé la voir, il a appris qu’il s’agissait du modèle Beaver Contessa, de Monaco… et il est tombé en amour ! Quand son propriétaire l’a mise en vente, en 2008, nous l’avons achetée. Comme ça ! Avec le recul, je considère que cela nous a donné la poussée nécessaire pour vendre notre commerce et changer de style de vie du tout au tout ».

Enfin, la retraite !

Le couple, parent de deux grands enfants et de quatre petits-enfants, entreprend sans attendre un premier voyage en VR. Il passe le mois de novembre 2009 dans un camping de Kissimmee, dans la région d’Orlando, en Floride. Il s’y plait bien, mais ni Jacques, ni Claudette n’est emballé par l’endroit. « Au hasard d’une sortie, nous avons aperçu le parc de VR Tropical Palms, non loin de la route 192. Comme nous le trouvions attirant, avec ses beaux emplacements, nous avons décidé de nous arrêter pour aller le visiter. Après quelques minutes, notre décision était prise : c’est là que nous voulions séjourner l’hiver suivant ! », se rappelle Claudette.

Et c’est ainsi que tout a commencé. Depuis 2010, Claudette et Jacques passent cinq mois par année dans ce parc de VR familial de 331 emplacements et ils ne changeraient d’endroit pour rien au monde. Ils sont devenus de vrais caravaniers saisonniers : pas de retour en arrière possible ! « Je répète souvent à mon mari que tout ce dont j’ai besoin avant de partir en octobre, c’est d’un téléviseur et d’une paire de billets d’avion pour pouvoir fêter Noël en famille, sous la neige », lance Claudette en riant.

Simplement la vie

Lorsque l’on demande aux Allaire pourquoi leur choix s’est porté pour ce coin du centre de la Floride, leur réponse ne se fait pas attendre. La région d’Orlando, ils la connaissent comme le fond de leur poche puisqu’ils y ont passé de deux à trois semaines chaque année, pendant 25 ans. « Nous nous y rendions pour assister à un congrès organisé tous les ans par l’industrie du remorquage ». Ne comptez donc pas sur eux pour aller saluer régulièrement les mascottes des nombreux parcs d’attraction qui s’y sont établis. Ils ont déjà donné ! Vous ne les retrouverez pas non plus à plage – ni à la piscine, d’ailleurs ! – puisqu’ils n’apprécient pas la baignade. « Lorsque l’on nous demande ce que l’on fait pendant nos cinq mois ici, on répond que l’on vit, tout simplement ! On fait ce que l’on veut, lorsque l’on en ressent l’envie. Si on a le goût de magasiner une journée, on sort dans les boutiques. Si l’on souhaite aller au resto, on y va. C’est aussi simple que cela ! », raconte Claudette.

Au Tropical Palms, les Allaire se sont faits plusieurs couples d’amis qu’ils prennent plaisir à côtoyer. « Le parc de VR a une clientèle très diversifiée. On y rencontre des gens du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario, des autres états américains et bien sûr, quelques Québécois », mentionne Claudette. Bien qu’il ne parle que très peu l’anglais, le couple n’éprouve pas de difficulté à se faire comprendre du personnel en poste. « Tout le monde est tellement patient, ici. C’est aussi pour cela qu’on a adopté l’endroit ! », affirme Claudette. Cette dernière ajoute que Jacques et elle comptent y revenir aussi longtemps que leur santé le leur permettra. « Chaque hiver passé dans un endroit pareil est un cadeau », conclue-t-elle.